Avions de chasse ou avions de chiasse?

Imprimer

A propos de l'achat d'avions de chasse par la Suisse, nous pouvons lire à peu près partout les opinions de théoriciens militaires improvisés, souvent antimilitaristes, ce qui les disqualifie d'office, lesquels nous expliquent, sans savoir de quoi ils parlent, que l'armée suisse n'a pas besoin d'avions! A ces Sun Tzu ou ces von Clausewitz au petit pied, je répondrai comme c'est étrange, car toutes les armées du monde s'efforcent de moderniser et mettre à niveau leur aviation! N'auraient-elles donc rien compris, tout comme l'état-major helvète?

Personnellement, je suis favorable à l'achat de ces avions militaires. Je dis ci-dessous pourquoi.

PS : Selon le dictionnaire du CNRTL, chiasse dans le sens métaphorique de peur : 2.− P. métaph. a) Peur. Avoir la chiasse :2. Staline, ça te fout les jetons, ça te fout la chiasse, t'as peur pour ton magot, mercanti... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 43.

Et oui, on est dans l'argot, le parler populaire fleuri, j'aime!

Ce qu'oublient les anti-avions, c'est qu'actuellement, nous avons une police de l'air en activité. Qui veille sur nos têtes, et grâce à laquelle il n'y a aucun problème. Mais les engins sont vieux, et il est temps de les remplacer. Veut-on vraiment prendre le risque de dégarnir notre ciel? Compter sur les autres pour nous défendre, c'est indigne, c'est un manque d'honneur et de respect envers nous-mêmes, et envers les autres, car cela signifie que nous n'avons aucune intention de leur rendre la pareille et de les défendre, eux! C'est de l'inadmissible égoïsme... Et c'est surtout prendre un énorme risque, car les autres penseront d'abord à eux, en se disant à juste titre que les Suisses, ils n'avaient qu'à s'équiper!

"Au XXIe siècle, il est quasi impossible d'abattre un chasseur moderne ou un bombardier stratégique avec un canon antiaérien du fait des vitesses importantes ou des altitudes auxquelles ils opèrent" (Wikipedia, article Canon antiaérien). Quant aux missiles sol-air, ils sont complémentaires de l'aviation, mais ne sauraient la remplacer. Personnellement, et pour ma sécurité, j'écoute les avis des professionnels, les militaires, et je me fiche comme d'une guigne de ceux d'antimilitaristes idéologues, incompétents en l’art de la guerre et suicidaires, style GSSA!  Quant à nos voisins, je doute qu'ils se soucient d'abattre des avions qui survolent leur territoire à très haute altitude, pour ensuite lâcher leurs bombes sur nos pommes ou foncer en piqué dans l'espace aérien suisse! De toute manière, le pari est risqué. Les Allemands n'ont-ils pas récemment retenu chez eux  nos... masques médicaux! Alors, imaginez en temps de guerre!

Les plus rigolos sont ces grands stratèges en chambre, qui savent, PROBABLEMENT PAR LEUR DON DE DIVINATION, que nous ne serons jamais attaqués, et surtout pas par nos voisins ! Mais comment donc, vous connaissez l’avenir? Dites m’en plus, alors! Quand donc épouserai-je la belle Oona? Quand donc gagnerai-je vingt millions au Loto? Quand donc le capitalisme sera-t-il redevenu humain? Ou, si cela n'est pas possible, disparaîtra-t-il? Quand donc les socialoverdogauchobobos auront-ils cessé de faire chier le monde? Hein, quand donc toute ces belles choses? Vous n'en savez rien, n'est-ce pas? Bande d'arnaqueurs et de manipulateurs!

Je dirai donc OUI AUX AVIONS DE CHASSE!

Commentaires

  • j'aimerais beaucoup connaitre le montant des pots de vin touchés par nos politiciens sur ce coup là!

  • Voilà une vision assez négative des choses. De plus, je ne crois pas qu'un industriel serait prêt à payer des pots de vin alors que c'est le peuple qui décide. Ce serait de l'argent placé à très gros risque!

  • Cher Monsieur Davier, la réalité interdit toutes formes d'optimismes, je n'ai aucune illusion sur "la corruption institutionnelle" dans notre pays! Les mafias internationales font la loi en Suisse comme partout aujourd'hui! Regardez l'affaire du roi d'Espagne, il y a des pays pas très regardant sur l'origine des fonds! La Suisse était maitre en ce domaine il n'y a pas si longtemps!

  • Cher Monsieur Degoumois,
    Peut-être au fond avez-vous raison! "Institutionnel", c'est assez fort quand même, mais à vrai dire, je n'en sais rien. Je veux néanmoins croire en l'honnêteté de nos politiciens, du moins de la plupart d'entre eux!

    Prouver une affaire de corruption est, cela dit, très difficile, les protagonistes, surtout à ce niveau, s'efforçant d'en effacer les traces, s'il font les choses correctement! Il est vrai que l'affaire Maudet, qui doit encore être jugée, jette le trouble.

    Et pourquoi donc Hillary Clinton a-t-elle effacé tous ses mails "privés"? Car, en effet, et on en comprend maintenant la raison, elle utilisait surtout sa messagerie privée dans le cadre de ses fonctions gouvernementales. Bref, si elle avait voulu faire disparaître des preuves, elle n'aurait pas agi autrement! J'amène de l'eau à votre moulin, je constate!

    Malgré cela, car il y aura toujours des moutons noirs, par principe, j'opte pour l'optimisme!

  • Cher Monsieur chez nous la corruption est "bon enfant", elle est partout, donc pas du tout punie par la justice! Regardez sur la TSR le reportage sur "la prostitution à Lausanne" où de pauvres femmes enlevées de force en Afrique sont obligées de se prostituer partout en Europe et dans nos rues! Sans une corruption généralisée un tel phénomène ne pourrait pas exister! Et c'est pareil pour la drogue et les escroqueries!

  • "...Je veux néanmoins croire en l'honnêteté de nos politiciens, du moins de la plupart d'entre eux!"

    Me too !
    Mais ce n'est plus possible. A moins de renoncer à regarder, voir, réfléchir, trier, bref penser, simplement.
    Il s'agit de comprendre d'une part que même avec les meilleurs intentions du monde un élu n'aura la possibilité d'influencer que lorsqu'il atteindra un exécutif. Et encore, il devra convaincre le collège. Mais pour grimper jusque là il devra faire tant de sacrifices que ce qu'il considérait dans un premier temps comme des compromis s'est transformé en une compromission si systématique qu'il en a perdu ses premières motivations.
    D'autre part, plus on arrive haut dans les sphères de pouvoir politique, plus on est pieds et poings liés avec des réalités économiques qui dépassent l'entendement du commun des mortels. On devient le serviteur suprême, non pas du souverain mais du pouvoir aux mains du 1% évoqué par Piketty et d'autres.
    Je pourrais vous faire une démonstration similaire avec le fonctionnement du législateur et ses commissions parlementaires infestées de lobbyistes qui ne se contentent plus de la salle des pas perdu puisqu'ils siègent dorénavant à l'assemblée. Même le conseiller d'Etat Mauro Poggia dénonce ces dérives, c'est pas peu dire.
    Quant au troisième pouvoir, s'il subsiste encore parmi les juges des personnalités intègres, la jurisprudence et la complexification à outrance des lois réduit leur action à une lecture de la forme qui, souvent, va à l'encontre de l'esprit qui animait le législateur lors de la rédaction du texte.
    Et lorsque les causes débordent des frontières du pays, la marge de manoeuvre se réduit tant que l'action se limite à un exercice de style aussi coûteux qu'inutile comme nous avons pu le vérifier avec les tentatives pathétiques d'un Bernard Bertossa, pour ne prendre que cet exemple.
    Quant au souverain, qui aurait théoriquement le pouvoir suprême, comment lui en vouloir de déléguer sa voix à des représentants qui l'ont séduit par des promesses intenables ? Avec la complicité des médias inféodés qui manipulent les chiffres au gré des besoins ou qui foutent la trouille au plus grand nombre comme nous l'avons vu avec le matraquage des morts du Covid-19 qui restent pourtant à ce jour moins nombreux que ceux de la grippe saisonnière annuelle. Il suffit d'observer ce qui se passe avec la prochaine votation sur la gestion de l'immigration pour comprendre que le souverain n'a plus rien à dire. Il s'est déjà prononcé sur le sujet le 9 février 2014, certes à une très faible majorité de 50,3 mais malgré le matraquage systématique de toutes les formations politiques avec l'appui des médias. Le parlement a trouvé le moyen de contourner cette sanction. Et il risque bien de réussir à nouveau si le peuple devait confirmer son choix le 27 septembre.

    Oui, j'aimerais croire comme vous dans les institutions. La gestion de la crise sanitaire m'a ouvert les yeux et réduit à pas grand chose ma foi dans la chose politique. Mais comme je ne vois pas de porte de sortie j'en viens à penser qu'il serait peut-être souhaitable d'accélérer la chute pour tenter une autre voie.
    Seulement voilà, lorsqu'on observe l'Histoire, on est obligé de reconnaître que la gestion de la société suit un mouvement de balancier entre les divers systèmes proposés sans jamais inventer une variante qui favoriserait l'égalité des chances sans spolier personne. Il faut un arbitre, un chef d'orchestre, pour limiter les dégâts, sans illusion, avec un pragmatisme triste ou un opportunisme minable.
    Si la démocratie est le moins mauvais des systèmes connus à ce jour, elle est en péril dans nos contrées. Le peuple se désintéresse au mieux ou a perdu ses illusions. Les taux de participation sont si bas que les décisions perdent leur légitimité. Ou alors les camps sont si étroitement divisés que la moitié reste frustrée par une majorité symbolique qui inflige sa bien pensance.

    Je pourrais m'étaler ainsi durant des heures. Je me contenterai de vous encourager à lire les arguments des opposants à l'achat des avions de combats en faisant l'effort de faire taire vos aprioris. C'est un exercice éminemment difficile mais extrêmement salutaire qui vous permettra de mieux comprendre comment fonctionne le cerveau. Et du coup, c'est toute votre qualité de vie qui s'en ressentira par une nouvelle légèreté qui viendra caresser vos neurones, dendrites, synapses et autres connexions encore mystérieuses en vous déculpabilisant.

  • @PJenni Assez long développement. Certaines choses sont justes, je n'en disconviens pas, mais je pense qu'il faut néanmoins encore y croire, globalement! Sinon, autant s'exiler sur Mars!

    Ce que vous appelez mes "aprioris", c'est tout simplement mon opinion sur la question, librement exercée! Les arguments des anti-avions, je les connais, mais ils ne me convainquent pas, c'est ainsi, je les trouve très faibles et à côté de la plaque! Ce qui n'empêche pas mes neurones d'assez bien se porter, il me semble!

  • "Les arguments des anti-avions, je les connais, mais ils ne me convainquent pas, c'est ainsi, je les trouve très faibles et à côté de la plaque! "

    Le meilleur moyen de faire valoir votre propos consisterait idéalement à reprendre chacun de ces arguments et les démonter. Nous faire la démonstration de votre gymnastique mentale.
    Pour ne prendre que ces quelques exemples que j'avais formulés sur diverses plateformes, vous pourriez par exemple répondre aux arguments que j'ai proposés. Je suis très curieux de voir combien je suis "à côté de la plaque" lorsque j'évoque :
    - La couverture de l'espace aérien aux heures de bureau;
    - Le fait qu'il faille être sanglé dans le cockpit, moteur chaud pour espérer pouvoir intervenir lors d'une violation de notre espace aérien;
    - Le fait que les rares interventions depuis plus de 50 ans étaient due à des malentendus ou à des missions de prévention;
    - L'évolution technologique qui nous indique de façon indiscutable que les avions à pilotage automatique sont infiniment plus performants que les conventionnels, et donc que les modèles qui seront choisis seront déjà obsolètes au moment de l'achat;
    - Le rapport coût/effet de l'usage de drones dans les missions de protection de l'espace aérien;
    - Le fait que notre flotte est encore opérationnelle sans mise à jour jusqu'en 2030, date à laquelle il n'y aura plus de marché pour ces coucous pilotés par des nostalgiques lors de démonstration patriotiques d'une armée de l'air sans pilotes, ou des pilotes sans avion, devant un clavier;
    - Les propositions de collaboration de nos voisins;
    - Les questions liées à notre neutralité et le caractère exclusivement défensif de notre armée;
    - La simple logique du risque d'accident dans la fuite en avant pour la militarisation exponentielle de la planète;
    - Le nombre incalculable de choses autrement plus importantes et porteuses que la Confédération pourrait faire avec ces 24 milliards;
    etc.

  • @PJenni Mon opinion est faite, et vos arguments n’y changeront rien ! Désolé, faibles et à côté de la plaque, ils ne me convainquent pas. Au mieux, des vœux pieux, au pire, de la science-fiction !

    Flotte opérationnelle jusqu’en 2030 ? Cela ne fait que dix ans, et si elle l’était vraiment, on ne la changerait pas maintenant. En notant cependant, pour aller dans votre sens, que même si la flotte peut durer encore dix ans, les nouveaux avions ne sont pas encore achetés! Il faudra choisir le modèle, faire les tests, etc., bref, cela prendra plusieurs années! Il était donc sage d'anticiper! Les drones sont complémentaires, mais ne remplaceront pas l’avion piloté par l’homme avant longtemps ! Les avions sans pilote sont pour le moment un joujou de technophiles. Avec ces milliards (6 et non 24) on peut faire beaucoup de choses, certes, y compris acheter des avions ! Un homme d’honneur ne demande jamais à son voisin de le défendre, et les « propositions » dont vous parlez sont des plus douteuses, sinon farfelues ; et quand bien même ce ne serait pas le cas, elles ne résisteront de toute façon pas à l’épreuve du feu! Alors, ce sera chacun pour soi! Armée défensive, certes, mais correctement équipée! Je vous concède un argument toutefois, la surveillance aux heures de bureau, qui est inadmissible. Mais l’armée s’est engagée à modifier cela.

    Je suis un pragmatique. Nous sommes en 2020, pas dans un futur rêvé, aussi idéal et séduisant puisse-t-il paraître ! Faisons avec les moyens du bord, à disposition hic et nunc !

  • Trump voleur de slogan et donneur de rides! Trump menteur! Ce monsieur, nous affirme 20 minutes, est un triste sire. Tout cela n'est en fait que mensonge et manipulation! Voilà la fake news par excellence, et elle n'émane pas d'un site de réinformation, mais bien d'un média suisse mainstream! Comment voulez-vous croire, sur les autres sujets, des journalistes qui mentent éhontément sur un sujet précis? Dès lors, si ce journal, ou un autre média suisse car ils crachent tous leur fiel sur le président US, devait mettre en doute la nécessité d'acheter des avions de combat, ne le croyez pas! Et glissez un oui dans l'urne!

  • Bravo! Excellent! Je vous adore Raspoutine:)

  • Hello Sir Jacques
    Je ne sais pas si vous êtes un amateur de musique dodécaphonique, si jamais...

    Alban Berg, violin concerto "To the memory of an Angel (Oona)"

    https://www.youtube.com/watch?v=R0lGJzrJyug

  • Merci, Miles, je vous réponds en écoutant ce magnifique concerto pour violon d'Alban Berg! Dédié à Oona, qui est est en effet un ange!

    Oui, c'est beau, cela me donne envie de plonger un peu plus dans cette musique, que je ne connais guère et que j'ai négligée jusqu'à maintenant par faute d'atomes crochus! Certaines œuvres du groupe de rock King Crimson, toutefois, rappellent le dodécaphonisme, ce qui m'a un peu habitué. Mais là, c'est grandiose, je dois dire, et ce violon, unique!

    Bien à vous!

  • Ce numéro d'I-média, comme d'ailleurs tous les autres numéros est vraiment excellent. Les deux jounalistes mettent à nu la propagande et les mensonges de la semaine dans les médias mainstream:

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2384&v=DsUoOCcH2ys&feature=emb_logo

    Chaque jeudi soir ne manquez pas le nouvel I-média sur ce site:

    https://www.youtube.com/channel/UC6uo3uVzDvJVzrJ2DdmZT5Q

    Et j'en profite pour vous recommander vivement ce petit livre indispensable:

    "Manuel de lutte contre la diabolisation"

    https://www.youtube.com/watch?v=R6G2zalPsj8

  • A l'époque où nous sommes, le monde n'étant pas l'univers idéal que certains aiment à décrire, il est bon d'avoir une surveillance efficace au sol et dans les airs. Aux Etats Unis, pendant que des groupes idéologiques veulent une police désarmée, des voyous se parent de prétextes antiracistes pour agresser, tuer et piller...

  • "par principe, j'opte pour l'optimisme!"

    A la bonne heure !
    Mais on ne doit pas avoir la même conception du principe.
    Car voter pour une menace qui ne semble exister que dans l'esprit anxieux de ceux qui ont renoncé à une bonne part de leur liberté au profit d'une sécurité ma foi bien relative semble plutôt suggérer une inclination pour le pessimisme. Mieux vaut prévenir que guérir est leur moto. Ceux qui pensent comme vous sont les pigeons idéaux des assureurs en tout genre. Tiens, d'ailleurs, à ce sujet je suis très curieux. Oseriez-vous nous donner la liste de vos couvertures et le montant que vous dépensez annuellement pour vous prémunir contre tous ces risques ?
    Et quels sont les professionnels auxquels vous avez fait confiance pour contracter ces couvertures ?
    Et combien de fois avez-vous eu besoin qu'elles interviennent ?
    Allez, racontez-vous vraiment, avec du concret. Après on discute, d'accord ?!

  • Mon optimisme s’applique au monde politique suisse, que je ne crois pas corrompu par principe, et, c’est vrai, je suis optimiste de nature !

    Je ne vote pas "pour une menace" qui existerait dans mon esprit, qui n’est guère anxieux, pas plus que la moyenne en tout cas, et je ne vois pas en quoi je renoncerais à une part de ma liberté!

    Je ne vote que pour l’achat d’avions de chasse, car je pense que l’armée suisse est nécessaire pour garantir la paix, même s’il n’y a pas actuellement de menace avérée, et qu’une armée sans aviation n’est qu’une armée croupion, comme un canard boiteux.

    Si vis pacem, para bellum, vous le savez bien !

    De plus, mieux vaut prévenir en effet, car dans ce cas-là, je parle de la guerre, on ne guérit pas, mais on meurt... Être prêt, c'est de la sagesse, et non une démonstration inutile de force!

    Par ailleurs, je ne vois pas ce que viennent faire les assureurs ici ! Ou plutôt oui, mais cela n’a guère de rapport. Je ne suis pas un fanatique des assurances, et je n’en ai qu’un minimum, qui ne justifie absolument pas que vous parliez de « tous ces risques » ! Et je ne suis le pigeon d’aucun assureur, garanti sur facture !

    En fin de compte, ce n'est pas une quelconque peur qui me fait approuver l'achat de ces avions, mais bien la certitude que nous avons besoin d'une armée défensive qui soit correctement équipée.

    Car, et c'est le sens de mon billet, personne ne peut dire de quoi l'avenir sera fait, par exemple que la Suisse ne sera jamais attaquée, credo qui fait sourire dans quelques chaumières un peu déconnectées, dommage pour elles! Bien à vous!

  • Et voilà, ce que j'avais craint se réalise! La gauche, majoritairement favorable à RFFA car trop faible, lâche et couarde pour s'attaquer au véritable ennemi, qui est la capitalisme ultralibéral, tente maintenant de se rattraper et de compenser la perte d'impôts, dont elle est grande consommatrice, sur les entreprises, par une augmentation des impôts sur les personnes physiques, tuant encore plus, à petit feu, la classe moyenne! Quelle bande de traîtres! S'impose donc UN NON FRANC ET MASSIF A L'INITIATIVE IN-172 DE LA HONTE!

  • D'une part, le "capitalisme" n'existe pas en économie : il s'agit d'une fixette vieille de 140 ans d'un nommé Karl Marx à propos d'une opération comptable au niveau du bilan. D'autre part, on n'a jamais entendu le mot "ultralibéralisme" ailleurs que dans la bouche d'un gauchiste en mal de conjuration par le verbe.
    En macroéconomie, on trouve les théories suivantes depuis le mercantilisme des origines : Classicisme (Adam Smith, David Ricardo, Jean-Baptiste Say), Keynésianisme, Monétarisme, Économie de l'offre (supply-side) et enfin Néo-classicisme. Tout le reste n'est que littérature pour ados.

  • Désolé, mais le capitalisme existe bel et bien, il a acquis ses lettres de noblesse depuis Marx et il définit en gros une économie basée sur l'accumulation du capital, qui est à la base de l'industrialisation, par opposition à une économie vivrière! Une économie dans laquelle l'argent amassé prime sur la production de biens. Grâce à l'autorisation du prêt à intérêt par les églises catholiques et réformées, il y avait déjà des capitalistes (marchands-banquiers) à la Renaissance, à Gênes ou à Venise, ou à Genève par exemple. Max Weber a écrit un livre important à ce sujet, "L'éthique protestante ou l'esprit du capitalisme", 1905, revu et augmenté en 1920.

  • Intéressant du point de vue historique, mais je ne vois pas l'avantage à gonfler à l'infini le compte capital sans les contreparties pour l'entreprise. C'est du moins dans les moeurs comptables depuis 50 ans. Weber fait aussi partie de ma bibliothèque, mais son apport le plus important pour moi est celui de la neutralité axiologique en sociologie: ce qui permet enfin de se débarrasser de Pierre Bourdieu (Luc Boltanski).

  • "...je ne vois pas l'avantage à gonfler à l'infini le compte capital sans les contreparties pour l'entreprise."

    Je me demande si nous vivons dans le même monde rabbit. Ce que l'on nomme aujourd'hui le capitalisme financier et qui est devenu la norme consiste à placer ses billes là où il y a le meilleur rendement. L'investisseur n'a souvent aucune idée de l'entreprise qu'il soutient, son capital est géré par un trader qui n'a aucun état d'âme. Tout au plus place-t-il la fortune dans des paniers diversifiés pour assurer les chocs imprévisibles. Tous ces paniers comportent au moins quelques blockbusters dans la pharma, l'armement, l'eau et ses dérivés, les big five, etc. L'entreprise est à leur merci. En un clic elle peut disparaître sans la moindre possibilité de réagir.

  • Au-delà de la propagande mainstream qui vous brouille les sens, et vous qui êtes spécialiste en gestion d'entreprise, mon cher Pierre, dites-moi sur quels comptes d'actif vous enregistrez la contrepartie des sommes entrées au capital. Et ne me dites pas que vous les mettez dans la poche, on n'est pas sur TV5 Monde.

  • Tout dépend. Si je suis à la tête d'un grand groupe, je crée une maison mère avec ses sociétés filles pour dispatcher. Je délocalise le siège mondial dans le pays qui me sera le plus favorable fiscalement et je crée une fondation pour ventiler.
    Si j'ai une entreprise de taxis, je n'obtiens pas de crédit de la banque et je peine à rester à flot à la suite des mesures sanitaires. Les actifs de mon bilan sont amortis, je ne vaux plus rien, quantité négligeable.

  • Pour résumer, l'alternative c'est Facebook ou la dèche. Une bonne raison pour passer à la politique, comme tous les déçus d'une vie professionnelle cafardeuse.

  • « De plus, mieux vaut prévenir en effet, car dans ce cas-là, je parle de la guerre, on ne guérit pas, mais on meurt... »

    Et ça ne vous fait rien que la majorité PLR-PS-PDC veut dissoudre la Suisse le 27 septembre ?

    Vous voulez des avions de chasse pour défendre qui ? quoi ?

    Moi, je ne vote pas pour une armée destinée à défendre le multi-communautarisme et cette population allogène fossoyeuse de nos racines et de nos valeurs.

    Et on ne va quand-même pas encore "régaler" avec des jouets neufs, ceux qui ont bousillé ce pays.

  • N'est-ce pas un problème helvéto-suisse ? À ce propos, j'ai trouvé un système pour défendre la démocratie (bien que le vulgum pecus n'ait aucune notion de ce que cela ne représente pas). Sur les bulletins de vote distribués à Genève, on découvre une double colonne couvrant 10 objets différents. La partie de gauche est fait pour les "oui" et celle de droite pour les "non". Jusque-là ça va ? Par souci d'équité, il suffit de mettre une croix à gauche pour le premier objet, puis une croix à droite pour le deuxième, une croix à gauche pour le troisième et ainsi de suite jusqu'au dernier. Sur le plan statistique, on ne pourrait être plus égalitaire et donc "démocratique".

  • "Ces dernières années beaucoup des effets indésirables de la libre circulation ont été corrigés." (!) Désolé, M. Bonard, je crois que cela fait des lustres que vous n'êtes plus venu à Genève!

  • Si la situation est à ce point dramatique pour vous, je ne vois pas d'autre choix que de vous conseiller de déménager pour un paradis fiscal. C'est ce que je propose depuis dix ans à Pierre Jenni, mais il préfère s'enivrer de phrases. Pour simplifier, il existe des pays où vous ne payeriez pas l'impôt sur la retraite, la fortune et la plus-value immobilière.

  • Lesquels Rabbit?

  • La Chine et Monaco, en premier lieu. Ensuite, il faut encore vérifier ce qu'il en est des Bahamas et de St. Barth.

  • Judicieux conseil, rabbit, même si je ne paye aucun de ces impôts! En fin de compte, je crois que je préfère faire comme Pierre Jenni, m'enivrer de phrases! Il n'y a que ça de vrai!

  • Méchi rabbit :) Retraie chinoise pour vous!?

    Monaco! Mmmmm le rêve mais pas donné à tout le monde pour y résider...... J’y ai passé quelques jours il y a de cela des années ! À la belle époque des années 70/80. Et 15 j aux Bahamas en 2008. :)

  • Je dois encore traverser le Pacifique pour compléter mon tour du monde. Je ne sais pas si je vais y arriver de mon vivant. Suis pas motivé, il n'y a que de la flotte. Et puis la Californie est toute carbonisée. Sans parler du coronavirus et des émeutes aux USA. Pffff...

  • Ces blogs sont fait pour ça, merci de le confirmer. Même si rien de concret ne va jamais en sortir, il permettent néanmoins une décharge émotionnelle qui va neutraliser les tensions sociales. See you.

  • La capitalisme héréditaire se porte bien, aux oisifs les mains pleines, la voilà la contrepartie.

  • Le but de cette agitation était de faire monter l'ambiance dans les salons de Monsieur Davier, qui s'ennuie. On va maintenant le laisser écouter «Larks' Tongues in Aspic» dans le calme et le recueillement. Ce qui nous ramènera à Ibiza, 47 ans en arrière. Maestro, à vos platines !

  • J'apprécie votre délicatesse, rabbit!

  • @Jacques Davier

    Si je vous dis que meme avec le CEVA, les dix tutures aux plaques francaises qui stationnent devant la menuiserie, dont le patron est bien genevois, sont toujours la. Votre remarque a l'encontre de Monsieur Bonard est correcte.

  • Et si on s'occupait de ce qui se passe sur terre......

    "Une statue de Sainte Marie-Madeleine nue détruite, car jugée indécente

    Marie-Madeleine aura vraiment tout vu.

    Début août, le premier témoin de la Passion et de la résurrection du Christ – si l’on en croit les Évangiles – a été victime d’une profanation en règle. Sur les terres provençales où elle a fini ses jours, la sainte était depuis cinq ans honorée au sommet du massif de la Sainte-Baume, dans la chapelle du Saint-Pilon (Var) par une statue de plâtre signée José Silva da Fonseca.

    Une œuvre brisée en plusieurs morceaux. Les coupables ? Des iconoclastes, au sens littéral du terme, puisque ces tristes sires « ont laissé un mot disant qu’ils n’acceptaient pas qu’une grande sainte comme sainte Marie-Madeleine soit représentée de telle manière », a déclaré à France Bleu le frère dominicain Patric
    (...)
    https://www.causeur.fr/statue-marie-madeleine-saint-pilon-var-2-181511

  • "On va maintenant le laisser écouter «Larks' Tongues in Aspic» dans le calme et le recueillement."


    La vâche ! J'avais oublié combien de pétards il fallait se planter dans le plafond pour s'y arrimer avant d'écouter Larks. C'est ... comment dire ? Crispant.

    Retour à la canopée amazonienne...

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLNULF00XXFN4mJOMiRTM3_FfXgahzP8Bb

  • Du grand Santana!

    Et voici deux minutes de concentré de rock! Pur génie...

    https://www.youtube.com/watch?v=ckL6XvwVfs8

Les commentaires sont fermés.