Les Filles de Mai (VII)

Imprimer

Cycle de poèmes écrits en hommage à la Femme

VII : Olga


Olga d’un soir
Fille de toujours
Moi pour te revoir
J’attendrai le jour


Sous la pluie rouge
Amsterdam s’ébat
Quand les rideaux bougent
Je guette tes bas


Venez-donc chez moi
Transports, sexe, émoi
Femmes en attente
On sait qu’elles mentent


Amour impossible
Je te vois sourire
Quelle est donc ta cible?
Mon scrupule expire


Et j’entre chez toi
Nous le faisons vite
Que cela est triste
Je suis las, et toi?


Olga d’Amsterdam
Tes galbes me hantent
Lors que je déchante
Et bois à ces dames!


Fille d’un soir
Femme de toujours
Ton cœur est trop noir
Pour aimer le jour...

 

Jacques Davier (Mai 2000 - 2020)

Commentaires

  • Ça y est ! Oh pu... vous êtes marin, vous vous mouchez dans les étoiles, joli poème. Bon mais vous avez fait fuir Messire Gislebert et Dame Patoucha, y'a pas que dans le bus ! Kiki reste ?

    Bon bonne journée.


    Bonne journée.

  • Merci, Dame Frieda! C'est vrai qu'en parlant d'Amsterdam, le Grand Jacques s'impose!

    Par ailleurs, tous les commentateurs et commentatrices sont toujours les bienvenus sur mon blog, même ceux qui ont "fui", pour autant qu'ils acceptent la façon dont je modère les commentaires!

    Bonne soirée, bien à vous!

  • Vous avez raison de l'appeler Olga plutôt qu'Anneke ou Willempje, puisque la majorité des locataires des vitrines de ce quartier à main gauche du Damrak, lorsqu'on arrive par la Gare centrale, proviennent de l'Est européen. Peut-on dire que c'est plus un travail de mémoire qu'une oeuvre de fiction ?

  • Brel a écrit de très belles chansons, c’est clair, et Amsterdam appartient à ses plus grandes ! Mais il y a quelque chose qui m’a toujours gêné à l’écoute de ce chef d’œuvre, c’est sa posture éminemment macho et méprisante envers les femmes ! En effet, comment peut-on chanter les visites des marins aux putes et avoir le front de stigmatiser les « femmes infidèles » ?

    De plus, les femmes ne sont-elles que des putes ou des épouses infidèles ? Un peu réducteur, Jacques, non? Même si plusieurs mois d’absence, et cætera, on est d’accord… mais un couple solide devrait y survivre ! Et c’est idem pour l’homme, alors ajoutons les hommes infidèles !

    C’est pourquoi j’ai voulu écrire un poème qui donne, en quelque sorte, la parole à ces mêmes putes, via un client qui s’intéresse plus aux états d’âme, aux sentiments de la prostituée qu’à la « baise », qui n'a de toute manière aucun intérêt pour lui dans ces circonstances, car il y manque l’amour !

  • Au Paravent

    Auparavant
    Eau, par Avent
    Oh, para, vent!
    Hop! Ara, van

    Au Paravent

    Où, l'hippo?
    Ueli, Pô!
    Houle hypo
    Hou, lis Poe!

    Oulipo...

  • @rabbit Qui sait? Toujours la poésie se drape de mystère... et j'avais besoin d'un prénom de deux syllabes!

  • Refus de la Boucle ferroviaire par nos chères zélites, sans discussion apparemment! C'est une honte! Économiser du temps et de l'argent, cinq fois moins tout de même et on parle en milliards, ne les intéresse apparemment pas! Quelles promesses leur a-t-on faites pour les acheter? Du boulot pour les entreprises du secteur, certainement, cela vaut bien un vote les yeux fermés!

    Si encore Genève roulait sur l'or, et la gare de Cornavin se trouvait dans une lande inhabitée loin de la ville, pourquoi pas? Mais ce n'est pas le cas! C'est notre argent qu'on va gaspiller, nos quartiers qu'on va détruire!

    Je suis un citoyen genevois, je suis donc la patron, et, en tant que tel, j'exige de décider in fine de cette importante question!

Les commentaires sont fermés.