Les Poèmes de la Lune Rouge (V)

Imprimer

Travail en cours. La numérotation du chapitre est provisoire.

XVI

Lors de sa dernière visite au dépôt, après l'épisode du visiteur, Jacob était parti prudemment en traversant la cour sans bruit et en passant par la porte arrière du magasin, qui était ouverte. Arrivé au bureau du libraire, à l'entrée côté rue, il le trouva plongé dans un livre. Il lui dit qu'il en avait terminé pour le moment, et lui présenta les quelques volumes qu'il avait retenus de son exploration. Le libraire lui fit un bon prix. Jacob prit son courage à deux mains, car il craignait que ce qu'il allait dire ne lui interdît à l'avenir l'accès au dépôt, et parla au libraire du visiteur. Le libraire ne parut pas le moins du monde surpris. Il lui répondit qu'il avait bien, le sachant déjà sur place, laissé monter un bibliophile bulgare, client sporadique parlant assez mal français mais le lisant très bien, et qu'en effet il ne l'avait pas vu repartir, en concluant qu'il avait dû passer par la porte de l'immeuble. Jacob n'insista pas.

Ce jour, il était là pour une nouvelle visite au dépôt, que le libraire lui autorisa de faire le sourire aux lèvres. Il faut dire que Jacob était un fort bon client!

Le carton était toujours à sa place, apparemment personne n'y avait touché depuis sa dernière venue. Jacob le tira à lui, l'ouvrit et y plongea la main, qui en ressortit tenant une liasse de feuilles. Il entreprit de les passer en revue une à une. Sa première constatation, c'était que ces feuilles étaient dans un grand désordre. Certaines étaient numérotées, d'autre non, et si les versos étaient dans la plupart des cas vierges d'écriture, il y en avait certains qui comportaient des annotations, des notules, des corrections du texte figurant au recto, voire des ajouts de paragraphes entiers. Mais, globalement, il y avait assez peu de ratures ou de corrections. Le texte devait se trouver dans un état assez proche de l'état définitif. Quoi qu'il en soit, ce ne serait pas facile de mettre de l'ordre là-dedans, pensa-t-il.

En continuant son examen, il constata que, sur certaines pages, le texte était imprimé en rouge. Rouge? Pourquoi? Il se souvint alors du titre figurant sur la première page du paquet de feuilles, Essai de Cahier des Charges pour La Lune Rouge (Zermatt). La lune rouge, étrange. Il avait vu la lune prendre une couleur rouge, ou rougeâtre, de nombreuses fois. C'est ainsi qu'elle apparaît quand elle est basse sur l'horizon, ou lors des éclipses de lune. On l'appelle aussi lune rousse, lune de sang, voire lune cuivrée. Et le rapport avec Zermatt? Il y vit, lors de ses séjours, de magnifiques lunes rouges, mais il ne voyait pas d'autres rapport entre le phénomène astronomique et la station valaisanne. Il pensa aussi à Verlaine, et à son "Heure du Berger", La lune est rouge au brumeux horizon, qu'il allait lire, assis dans l'herbe au pied du grand arbre, en bordure du verger, lorsqu'il rentrait du collège, l'été...

Il prit une feuille écrite en rouge. Y figurait un poème en vers libres. Il le lut.

 

L'Homme Terminal

Je suis l’Homme terminal

Mes mains sont des serres, ma bouche une gueule

Je plaque les pécheurs au sol, les dévisage d’un coup de patte

Et les pécheresses je les étête

Je suis l’ultime animal, intelligent, froid, calculateur, machine à tuer

Mes états d’âme vous glaceraient les sangs

Mes joies et mes peines je ne les connais plus le mal que je fais vaut le bien ultime

Les rayons de mes yeux lacèrent les orbites noires des hommes sans âge et sans mémoire

Le cri de ma gorge paralyse les bouches muettes de mes victimes vagabondes

Mon nez sent vos effluves nauséabonds d’un bout de l’Univers à l’autre

Je me mets alors en mouvement et fonds sur vous tel l’éclair

Mon esprit travaille à la vitesse de la lumière

Je sais où vous êtes avant même que je vous y voie

Je guette depuis mes retraites innombrables mes proies ignorantes

Je suis l’Homme terminal

L’âge de glace est mon idéal j’agis dans le froid polaire lacérant mille Frankenstein

Ce carnage est le vil tribut que le monde me doit

Pas de remord, pas de sentiment, mon cœur de pierre est un monolithe numérique

Je viens de la fin des temps où jadis la Conscience initiale m’enfanta

Je viens de l’extrême cosmos où demain le monde ira s’abîmer

Car je suis comptable de vos crimes et de vos fautes et tous sont inscrits dans le Livre

Dont les pages sont mes feuillets de route

Un à un je vous traquerai hommes postmodernes sans foi ni Dieu

Vos péchés innombrables génèrent les flots de sang dont je me gave

Je suis l’Homme terminal

Mes os sont d’un métal que mille bombes H laissent froid

Ma chair frissonne à peine au contact de vos projectiles misérables

Je suis Celui que vous verrez dans vos cauchemars lorsque l’Heure sera venue

Je suis l’Homme terminal, la Vérité nue…

Jacob restait perplexe. On était ici très loin de Verlaine! En reposant la feuille, il remarqua une annotation au dos, écrite en noir, Poèmes de La Lune Rouge. Le mystère s’épaississait. Le manuscrit du carton était-il seulement un récit, un roman, ou bien aussi un recueil de poésie? Jacob décida d'y aller franchement, et de parler du carton et de son manuscrit au libraire.

Jacques Davier (Mars 2020)

 

Commentaires

  • Pour ceux que cela intéresse :

    L’Heure du berger

    La lune est rouge au brumeux horizon ;
    Dans un brouillard qui danse, la prairie
    S’endort fumeuse, et la grenouille crie
    Par les joncs verts où circule un frisson ;

    Les fleurs des eaux referment leurs corolles ;
    Des peupliers profilent aux lointains,
    Droits et serrés, leurs spectres incertains ;
    Vers les buissons errent les lucioles ;

    Les chats-huants s’éveillent, et sans bruit
    Rament l’air noir avec leurs ailes lourdes,
    Et le zénith s’emplit de lueurs sourdes.
    Blanche, Vénus émerge, et c’est la Nuit.

    Paul Verlaine, Poèmes Saturniens, Paris, A. Lemerre, 1866.

  • Ça fait des années qu'on nous dit qu'il y a trop de lait en Suisse, qu'il faut diminuer la production, et patati et patata, et maintenant on doit importer du beurre car il y a pénurie! S'il fallait une preuve de l'incompétence de nos dirigeants, la voici! Marre de ce pays! Je voterai pour l'initiative UDC, et toc! Mieux, s'il y avait une initiative royaliste, elle aurait mon suffrage, et je ne dédaignerais pas la mise aux affaires d'un quarteron de Néanderthal avec des ministres Cro-Magnon, ils s'en sortiraient certainement mieux que nos gugusses comiques actuels!

  • Covid 19. Nous apprenons que le Valais a mis Berne et Zoug sur sa liste rouge, alors qu'Appenzell Rhodes intérieures recommande à ses habitants d'émigrer temporairement au Sahara. Pour y faire quoi? Mais pour y écouter The Sahara Of Snow, de Bill Bruford, évidemment!

    https://www.youtube.com/watch?v=RdaqTVL1_WU

  • La pollution des rivières genevoises, c'est un scandale! Quand les écolos vireront les écolotraîtres pour enfin faire leur job, à savoir protéger la nature ici et maintenant, les choses iront bien mieux! Comment peut-on être écolo et préconiser le bétonnage et la destruction à tout va de notre terroir et de notre nature? Sans parler de notre domaine bâti? Comme le fait Tony le bétonneur, arc-bouté sur ses fumeuses théories réchauffistes!

Les commentaires sont fermés.