Les Poèmes de la Lune Rouge (II)

Imprimer

Travail en cours. La numérotation du chapitre est provisoire.

X

[...] Le libraire l'avait autorisé à continuer son inspection des rayons de poésie dans le dépôt du premier étage. Il faut dire que, le premier jour, Jacob lui avait acheté un lot d'une vingtaine de volumes. Et pas n'importe lesquels. Jacob était très heureux de sa pioche, qui comprenait notamment plusieurs ouvrages des poètes symbolistes Albert Samain et Paul Fort, et surtout quelques éditions originales, par la maison Gallimard, de la poétesse genevoise Edith Boissonnas, tous trois quelque peu oubliés, hélas, par une époque qui délaisse la poésie pour s'adonner au culte du Veau d'Or!

Jacob aimait la poésie plus que tout, et il était toujours à l'affût de poètes inconnus, de poèmes ignorés. La poésie dit le monde, et d'une certaine manière le crée, pensa-t-il, alors que le capitalisme nie le monde, et très certainement le détruit.

Notre explorateur en chambre, impatient, commença par continuer sa lecture du manuscrit du carton. Au dos de la feuille qu'il avait lue lors de sa première visite, Jacob trouva le texte suivant :

Le narrateur avait jeté sur le papier quelques idées générales, inspirées de Guy Debord, pas (par) trop vagues, lui permettant de cerner un peu mieux ses personnages. Il en ferait bon usage dans son roman.

Idées Générales

Description du monde spectaculaire – télé, pub, état de la culture, abrutissement généralisé, transformation du vivant en marchandise, consumérisme des sentiments, marché du sexe versus sexe partie prenante d’une relation harmonieuse

Destruction consécutive de la possibilité même de relation amoureuse, étant donné que les individus sont dépossédés d’eux-mêmes. Dans cette optique, la relation idéale est justement celle qui n’est purement qu’idée, imagination, à l’exemple des relations spectaculaires, virtuelles, qui ont remplacé les relations réelles. [...]

Voilà pourquoi le « héros » a la sensation diffuse de ne pas vivre sa propre vie, et de se trouver plus réel dans l’imaginaire que dans la réalité ; voilà pourquoi sa relation avec Oona n’est possible que dans l’imagination, et toute tentative de la réaliser, de la vivre concrètement s’est vue annihilée d’emblée. Folie.

Personnage de Oona : difficulté. Elles est très belle, éminemment, son visage est parsemé de quelques taches de rousseur qui lui donnent cet inimitable style irlandais, qu’elle met en valeur avec un habillement choisi, dans les tons automnaux, brun, ocre, roux… Ses cheveux sont d’un auburn sombre, presque châtain, elle les arrange souvent en chignon, et cela est fort beau…

Jacob fut frappé de constater que le personnage de Oona, tel que décrit, lui rappelait furieusement son Oona à lui... Il repensa à leurs escapades zermattoises, et cela le plongea dans une rêverie dont les pas résonnant dans les escaliers finirent par le tirer.

Jacques Davier (Mars 2020)

Commentaires

  • Fiction ou réalité ? Les 2 mon capitaine :-).
    La suite please.
    Bonne après-midi.

  • Merci, Dame Frieda! La suite arrive bientôt!

  • Dans sa description de la Bibliothèque de Babel, Jorge Luis Borges évoque une superstition selon laquelle il existerait, sur une quelconque étagère, un livre qui est la clef et le résumé parfait de tous les livres. Et le bibliothécaire qui aurait connaissance de ce livre, serait semblable à un dieu. Le libraire dont il est question ici est-il proche de ce fameux bibliothécaire ? Jacob est-il à la recherche du livre absolu ?

  • Merci, rabbit! Qui sait? La suite le dira!

Les commentaires sont fermés.