histoire - Page 2

  • UN MANOIR AU PURGATOIRE, OU LA DIFFICILE RESTAURATION DU CHATEAU DE DARDAGNY (5ème Partie)

    Imprimer

    5. Les opposants à la démolition du château se manifestent (1916-1926)

     

     

    Les toits semblent perdus

    Et les clochers et les pignons fondus,

    Dans ces matins fuligineux et rouges,

    Ou, feu à feu, des signaux bougent.

    (Emile Verhaeren, Les villes tentaculaires)

     

     

    Déjà, la ville industrielle montre, à travers ses usines et ses foules, un caractère presque inhumain. La mégalopole déploie ses tentacules et apparaît comme une entité autonome, bientôt ennemie de l’homme. La « rationalisation » industrielle encourage de telles pensées. Si certains, comme le poète de gauche Verhaeren, balancent entre admiration et crainte face à ces symboles de la modernité, d’autres, inquiets, commencent à se manifester, qui proclament la nécessité de ne pas faire du passé table rase. C’est dans ce contexte qu’apparaissent les premiers mouvements de protection du patrimoine et les sociétés « d’art public », comme le Heimatschutz en Suisse.

    Jacques Gros note que, suite à l’achat du château, l’opinion publique se met aussitôt à manifester contre sa destruction, notamment par le biais d’articles de journaux et de publications. En 1916, lorsque la démolition du manoir est décidée pour de bon, « les protestations redoublent, des articles de journaux paraissent, beaucoup de personnes et de sociétés intriguées par cette polémique, veulent se rendre compte par elles-mêmes et choisissent (…) Dardagny comme but de promenade ». En particulier, un projet de « soumission pour les travaux de démolition du château de Dardagny et de ses dépendances » provoquera un beau tollé. Une entreprise soumissionnera le 31 octobre, mais ce sera déjà trop tard…

    En effet, le conseiller d’Etat et historien Henri Fazy, « connaissant le château pour y avoir passé des vacances chez son petit cousin Jean-Louis Fazy, ne resta pas étranger aux doléances de l’opinion publique ». Le 16 novembre 1916, en présence du maire et des membres de la Commission (voir 4ème Partie), il vint visiter la château, accompagné de son collègue Mussard, chef du Département de l’instruction publique.

    Et Henri Fazy, impressionné par ce qu’il juge être le « réel intérêt historique » et « la masse bien équilibrée » du bâtiment, se déclare opposé à la suppression de « ce témoin de notre passé » sans avoir mené une étude sérieuse « de son état, de sa vétusté, de sa résistance possible (…) ». C’est pourquoi il pria instamment le maire de la commune de faire surseoir à la démolition du château, en attendant la réalisation d’une étude approfondie. On l’écouta, et la démolition fut ajournée. Ainsi le Conseil d’Etat, le 17 novembre 1916, « après avoir entendu le rapport de Messieurs les Conseillers d’Etat Fazy et Mussard sur leur visite du château de Dardagny », chargea le Département des travaux publics « de procéder à une étude de la restauration de cet édifice ».

    Par ailleurs, quelques opposants à la démolition du château plaidaient auprès de la commune la cause de la restauration, comme Ernest Renard, conservateur-adjoint au Service du Vieux-Genève, le 3 février 1916, selon qui « le village de Dardagny se doit à lui-même de conserver ce château, qui attirera encore pendant des siècles les visiteurs et les touristes pour le plus grand profit des habitants ». En effet, ajoute-t-il, « le château de Dardagny est le dernier des grands châteaux genevois. Ses dimensions et son architecture en font un magnifique et imposant monument qui donne à votre joli et si sympathique village, une grande partie de son caractère et de son originalité ».

    Auparavant, en avril 1912, l’archiviste d’Etat Paul-Edmond Martin écrivait déjà, par deux fois, dans ce sens au maire de Dardagny, se disant persuadé « que l’on pourrait intéresser le public à la restauration du château de Dardagny », et offrant même ses services, « soit comme archiviste, soit comme secrétaire de la Société d’histoire et d’archéologie à intéresser à cette idée et à ce projet des personnes compétentes et capables de se mettre immédiatement à l’étude d’une combinaison et à la tête d’un mouvement ». Sans que la question puisse être tranchée ici[1], il semble que des personnes aussi influentes, désireuses de s’investir, ont vraisemblablement pu contribuer à faire pencher la balance en faveur de la restauration. Le Conseil d’Etat ne notait-il pas, dans sa séance du 14 novembre 1916, que « la Société d’histoire et d’archéologie de Genève prie le Conseil d’accepter son appui dans l’étude de la conservation du Château de Dardagny (…) ? On sait que cette société figurait parmi les plus ardents défenseurs de la restauration.

    Cette hypothèse semble également être confirmée par un autre partisan de la restauration, l’archéologue cantonal Louis Blondel, qui écrit dans un article paru, justement, dans Heimatschutz en 1925 (N° 8, XXe année), ceci : « Mais l’opinion public [sic] s’est maintes fois manifestée pour protester contre la disparition d’un des plus beaux monuments de la contrée, particulièrement en 1916, où la société d’histoire et d’archéologie et d’autres sociétés d’art public ont fait des démarches auprès du Conseil d’Etat pour empêcher la démolition ». En conclusion, l’auteur mentionne qu’ « actuellement les pouvoirs publics se préoccupent de sa conservation, la commune et l’Etat s’y intéressent, le Heimatschutz si soucieux de conserver les beautés de notre pays ne restera pas à l’écart de ce mouvement de préservation ».

    Le château fut donc sauvé de la démolition en 1916 par une intervention de l’Etat, et il s’avère que rien, au cours des années suivantes, n’allait pouvoir modifier cette nouvelle donne. La Grande Guerre s’intensifiait, et, même si la Suisse n’y participait pas, elle se faisait durement sentir chez nous. Jacques Gros précise : « (…) la main d’œuvre devient rare et chère, les marchandises et les matériaux de construction renchérissent considérablement, les gouvernements, les communes, les particuliers mêmes ont de gros soucis et une sérieuse responsabilité pour approvisionner la population ; il devenait matériellement et financièrement impossible d’envisager un travail si important ».

    L’après-guerre n’amena aucune solution, rien ne bougeait et le château voyait son état se dégrader de plus en plus. C’est ainsi que le Conseil municipal constatait, le 21 mai 1920 : « Puisque nous en sommes au chapitre des réparations aux bâtiments communaux, vous savez qu’une commission a été nommée en février dernier pour voir ce qu’il y aurait à faire à la toiture du Château, pour tâcher de le maintenir debout encore quelques années, vu qu’il abrite l’école enfantine, divers dépôts de la commune et du Syndicat agricole, et un certain nombre de locations ». Ladite commission concluait qu’il ne valait pas la peine d’entreprendre de coûteux travaux de réparation de la charpente, « car une toiture réparée à grands frais abritera encore et toujours des appartements dévastés, qui n’ont plus guère de valeur locative ». On décida de faire quelque chose « pour boucher les plus gros trous » car, « jusqu’à présent, le vieux Château a bien payé sa rente, et puisque les circonstances ne permettent guère sa démolition actuelle et qu’il peut rendre service encore quelques années », cela vaut la peine d’investir pour « consolider le plus pressant ».

    Six jours plus tard, le 27 mai, le Conseil municipal enfonçait le clou : il décida de demander à l’Etat une aide pour la réparation de l’école primaire, « vu l’importance de ces travaux et parce que sans l’opposition de l’Etat un bâtiment scolaire avec tout le confort moderne serait actuellement construit sur l’emplacement de la ruine qu’est le château actuel ». Il faut ajouter qu’à cette même époque, la commune acheta à l’Etat le bâtiment de l’école secondaire rurale de La Plaine, cela afin de régler le lancinant problème de l’école de La Plaine (en effet, depuis la fin de la guerre existait le projet de construire une nouvelle école à La Plaine, destinée aux classes primaires).

    Il est à tout le moins clair, à ce stade des opérations, qu’écoles communales et château sont indissociablement liés. D’ailleurs, en 1921, la commune contracta un emprunt de 45'000 francs pour régler les diverses dépenses relatives aux écoles et aux routes : cela ne faisait que renvoyer le sort du château vers un avenir encore plus lointain…

    Cependant, l’état du château continuait, lentement mais sûrement, de s’aggraver. Le 28 juin 1923, le Conseil municipal, constatant une fois de plus « l’état de vétusté, de dégradation et de détérioration du château qui menace de s’écrouler dans certaines parties », décide « 1° de prendre les mesures de précaution nécessaires décidées par le Maire, d’accord avec le Service des constructions [de l’Etat], 2° d’envisager, pour éviter des accidents possibles, sa démolition prochaine et d’en demander à l’Etat l’autorisation qu’il avait cru devoir retirer une première fois, 3° d’adresser une requête au Conseil d’Etat pour lui expliquer la situation critique faite à la Commune par la décision de l’Etat, arrêtant les travaux de démolition et de construction d’un bâtiment scolaire sur cet emplacement entrepris en 1916 et lui demander son aide dans une large mesure pour réparer ce tort [je souligne] ».

    Suite à cela, le maire Alfred Desbaillets et son adjoint, Jacques Gros, eurent une entrevue avec le président du Conseil d’Etat, le 11 juillet 1923, de laquelle il découla, « vu la situation financière de l’Etat », qu’il fallait à nouveau renvoyer à des temps meilleurs la construction d’un bâtiment scolaire sur l’emplacement du château et donc, par la force des choses, la démolition de ce dernier. Le Conseil municipal prit acte de cette décision le 6 août, non sans demander au Conseil d’Etat de prévoir « pendant plusieurs années » une somme au budget cantonal afin de régler cette affaire.

    Pendant l’été 1923, on le voit, la commune espérait toujours pouvoir raser son château et bâtir à sa place une nouvelle école et mairie. L’Etat, quant à lui, émettait les plus grandes réserves quant à ce projet, refusant énergiquement de s’engager financièrement. Et qui tient les cordons de la bourse…

     

    [1] Il faudrait en effet dépouiller d’autres sources.

     

    (A suivre)

    Jacques Davier

    NB : la bibliographie figure dans la dernière partie

     

    Lien permanent Catégories : Histoire 0 commentaire
  • UN MANOIR AU PURGATOIRE, OU LA DIFFICILE RESTAURATION DU CHATEAU DE DARDAGNY (4ème Partie)

    Imprimer

    4. La commune s’offre un château (1904-1916)

     

     

    Qui demandait à être reçu dans cette auberge de la famine, dans cette

    cour plénière du Carême, dans cet hôtel de misère et de lésine ?

    (Théophile Gautier, Le capitaine Fracasse)

     

     

    C’est en été 1904 que la commune de Dardagny décida l’achat du château. Le domaine, d’une superficie de trois hectares soixante-cinq ares, fut en effet acheté pour la somme de 28'500 francs à Mlles Bonnot, de Lyon, qui en héritèrent de M. Berthier et n’eurent de cesse de s’en débarrasser. Les procès-verbaux du Conseil municipal notent, en date du 28 juillet 1904, ceci : « Le Conseil municipal, considérant qu’il résulte d’une communication de Me Rivoire, notaire à Genève, que le Château de Dardagny (…) est mis en vente ; que cette propriété constituerait, pour la commune, même après avoir rétrocédé la plus grande partie des terrains à un prix avantageux, un superbe emplacement pour la construction éventuelle d’un bâtiment communal et groupe scolaire, arrête de maintenir l’offre (…) d’acquérir au nom de la commune la propriété du Château de Dardagny (…) ». Le 18 août, le Conseil confirmera sa décision d’acheter le château et ses terres. En outre, il décide de contracter un emprunt de 28'000 franc au taux de 4% l’an, avec faculté de rembourser la moitié de cette somme après la première année.

    Nous pouvons ainsi voir que, dès le début, il s’était agi de démolir l’édifice afin de bâtir à sa place un bâtiment faisant office de maison communale et d’école. En outre, la commune s’endetta pour cet achat, et c’est pourquoi, le 28 décembre 1904, décision fut prise par le Conseil de mettre en vente « une partie des terrains récemment acquis avec le Château (…) », soit environ deux hectares et demi. Ces terrains, dits « du grand pré », furent vendus aux enchères publiques en six parcelles, le 15 septembre 1905, et rapportèrent la somme de 16'343 francs.

    Lorsque la commune acquit le château, plusieurs locataires y résidaient. Nous avons déjà vu le cas de Blanche Fazy, qui put occuper un appartement même lorsque le manoir ne lui appartenait plus ; mais il y avait également d’autres résidents, surtout des journaliers ou autres bûcherons, « environ soixante-dix personnes de conditions et de métiers très divers », selon Jacques Gros, qui habitèrent successivement le château jusqu’en 1926. 

    Dès 1906, le Conseil municipal décida d’installer l’école enfantine dans la tour ouest du château, « où se trouve un local pouvant contenir au moins six élèves de plus que la salle actuelle » (l’école de Dardagny se trouvait, à l’époque, tout comme la mairie, le long de l’actuelle route du Mandement, dans la « maison Friederich », au 534 de la route du Mandement). Toutefois, force est de constater que, dans les années suivantes, le Conseil municipal ne reviendra pas souvent, dans ses procès-verbaux, sur le château et ce qu’il entendait en faire.

    Seule, le 31 août 1912, une décision est prise de vendre pour 2'000 francs des « matériaux de démolition » provenant de la bâtisse, tels que « balustrade, soit barrière de l’escalier intérieur », « balustrades des trois balcons situés sur la façade nord-ouest » et « les colonnes du péristyle de la même façade ». Cependant, l’acquéreur, une dame Ormond, devait s’engager à remplacer ces matériaux « dans le cas où elle les ferait enlever avant la démolition de l’édifice ». La vente devait servir à rembourser une partie de l’emprunt de 1904. Cette délibération du Conseil municipal est importante également par le fait que les autorités de la commune confirment le sort du château ; ce dernier a bel et bien été acheté afin « de se procurer un emplacement incomparable pour la construction d’une mairie et groupes scolaires, à l’exclusion de toute idée de restauration quelconque de ce vieux château délabré ».

    Dans les années 1904-1914, de nombreux travaux, notamment routiers, ont grevé les budgets de la commune, et cela a très bien pu contribuer à retarder la mise en œuvre du projet tant attendu. Une délibération du 29 juin 1914 semble confirmer cette hypothèse[1] : constatant l’ « état de vétusté » de l’école primaire de Dardagny, le Conseil demande au Conseil d’Etat de bien vouloir faire examiner par l’architecte cantonal l’état de ce bâtiment, et décide de « nommer une commission (…) afin de procéder à l’étude des voies et moyens de construire un bâtiment scolaire, malgré l’exiguïté des ressources de la commune [je souligne], sur l’emplacement du Château acheté dans ce but en 1904 ».

    En 1915, le Conseil municipal revient à la charge. Après avoir à nouveau constaté l’ « état de vétusté » de l’école primaire et le fait que le château « menace ruine », il demande à l’autorité cantonale « de bien vouloir autoriser la Commune à poursuivre les études nécessaires pour construire au plus tôt un bâtiment scolaire sur l’emplacement du Château et à prendre les mesures nécessaires qui pourraient lui faciliter cette construction ». Cette fois-ci, l’appel de la commune fut entendu, car le Conseil d’Etat désigna une Commission municipale, « chargée d’étudier le projet de construction d’un bâtiment communal sur l’emplacement du château actuel » et composée de MM. Jacques Dugerdil, maire, Jacques Gros, adjoint, Marc Hutin, adjoint et Jules Ramu, conseiller municipal. Et le 3 septembre 1915 le Conseil municipal, sur proposition de ladite Commission, décida « d’ouvrir un concours restreint entre trois ou quatre architectes (…) ».

    Le concours a lieu, quatre projets sont présentés, parmi lesquels le Conseil municipal retient, dans sa séance du 7 février 1916, celui de l’architecte Frédéric Mezger, intitulé Tour-Ouest. Les trois autres projets reçoivent chacun une prime (600 fr. pour L’Escholier de MM. Bovy et Reverdin, 300 fr. pour Château de MM. Deriaz et Gallay et 200 fr. pour Deux axes, de M. Arthur). Enfin, M. Mezger est chargé « de dresser les plans définitifs pour la construction d’un bâtiment scolaire et mairie sur l’emplacement du Château actuel ».

     

    [1] Mais seule une étude systématique des comptes communaux, encore à faire, pourrait nous donner la réponse.

     

    (A suivre)

    Jacques Davier

    NB : la bibliographie figure dans la dernière partie

    Lien permanent Catégories : Histoire 0 commentaire
  • UN MANOIR AU PURGATOIRE, OU LA DIFFICILE RESTAURATION DU CHATEAU DE DARDAGNY (3ème Partie)

    Imprimer

    3. Le château à travers les âges (XIIIe-XIXe)

     

     

    Tout roule avec des mystères révoltants

    De campagnes d’anciens temps ;

    De donjons visités, de parcs importants :

    C’est en ces bords qu’on entend

    Les passions mortes des chevaliers errants :

    Mais que salubre est le vent

    (Arthur Rimbaud, La rivière de cassis)

     

     

    Le site sur lequel s'élève le château de Dardagny était déjà occupé par une villa gallo-romaine au premier siècle de notre ère, comme l'attestent des découvertes archéologiques : tuiles romaines, fragments de peintures murales, tessons. Le nom même du village vient probablement d'un dénommé Dardanius, grand propriétaire romain sur les terres duquel s'élevait la villa; cela fait donc au moins deux millénaires d'occupation humaine à Dardagny, même si la localité n'entre dans l'histoire qu'en 1100, à l'occasion d'une donation de biens ecclésiastiques.

    A cette époque, aucune mention d'un château à Dardagny; les seigneurs qui comptent, sur le territoire de l'actuelle commune, sont ceux de Malval, dont le castel s'élevait sur les hauteurs des Baillets. C'est en 1280 qu'est cité pour la première fois un seigneur de Dardagny, Aymon, chevalier et vassal du comte de Genève duquel il reçoit par testament trente livres. Et qui dit seigneur, dit château ou, en l'occurrence, maison forte. En effet, au début du XIVe siècle existent à cet emplacement deux maisons fortes, séparées par une ruelle dont la largeur correspond grosso modo à celle du hall d'entrée actuel; en 1298, ces deux bâtisses appartiennent à chacun des deux seigneurs qui se partagent le fief de Dardagny : André de la Corbière (maison sud) et Michaud de Livron (maison nord). Le premier bâtiment, agrémenté de galeries côté sud, a deux niveaux et est flanqué d'une tour d'angle (celle où se trouve aujourd'hui la mairie); le second, plus petit, se résume à un rectangle d'un seul niveau.

    Les deux maisons passeront en de nombreuses mains. Les biens des de la Corbière échoient aux de Confignon et, en 1378, une alliance de Confignon - de Livron réunit pendant quelques années les deux seigneuries au sein de la même famille. C'est alors que le fief prend le nom de Dardagny, Châteauvieux et Confignon. Il passe ensuite à Humbert d'Hauteville, époux d'Hélinode de Confignon, mais l'absence d'héritier mâle amène une nouvelle division : deux branches se forment, d'une part les de Confignon, de l'autre les Marchand - d'Hauteville, qui sont elles aussi suivies par une longue série de feudataires.

    A la Réforme (1536), le fief de Dardagny, Châteauvieux et Confignon devient vassal de la Ville et République de Genève. Il restera divisé pendant un siècle encore, jusqu'à ce qu'Amédée Favre, bourgeois de Genève, réunisse en 1646 les deux seigneuries entre ses mains, définitivement cette fois : à ce moment prend fin l'histoire des deux maisons fortes et commence celle du château. En effet, le fils d'Amédée, Daniel Favre, conçoit l'idée de réunir les deux manoirs en un seul. Dans ce but, il entame en 1655 d'énormes travaux, commençant par exhausser à une hauteur de trois niveaux les deux bâtiments ainsi que la grosse tour d'origine, au sud-ouest. Puis, il ajoute trois nouvelles tours d'angle de même hauteur et relie enfin les deux ailes du château, côté Jura, par une galerie en bois couverte, fermée et dotée, en son milieu, d'une tour d'escalier adossée à la façade pour donner un peu d'unité à cet édifice, qui se présente maintenant comme un fer à cheval ouvert côté Salève sur une cour intérieure, une terrasse et des jardins agrémentés d'un bassin et d'un jet d'eau. Le château de Dardagny, avec ses deux tours toisant le Salève, et ses trois autres regardant le Jura, prend forme et, même s'il a déjà l'allure d'un château de plaisance qui ne rappelle en rien la féodalité et s'il occupe déjà pratiquement la même assiette qu'aujourd'hui, ce n'est pas encore la bâtiment que nous avons sous les yeux.

    La seigneurie est acquise en 1683 par Jean-Antoine Lullin puis, en 1721, par Jean Vasserot. Ce noble hollandais, également seigneur des Vaux et banquier d'Amsterdam, meurt trois ans plus tard; mais son fils Jean, lorsqu'il hérite du domaine en 1731, nourrit de belles ambitions pour son château, qu'il va transformer en splendide maison de maître style XVIIIe siècle. C'est ainsi que "Noble Vasserot" démolit la tour d'escalier et aménage un hall d'entrée muni d'un grand escalier d'honneur avec barrière en fer forgé qui rejoint la galerie du premier étage; dans sa lancée, il refait la facade côté rue, à laquelle il ajoute un balcon soutenu par deux colonnes. Côté Salève, il ferme la cour intérieure pour y aménager une salle des fêtes, la "Salle des Chevaliers", décorée de fresques à l'italienne en trompe-l'oeil et agrémentée de deux cheminées au-dessus desquelles trônent les armoiries du seigneur. La salle forme un avant-corps en saillie sur la facade, percé de baies vitrées donnant sur la terrasse et surmonté d'un fronton triangulaire orné des armes des Vasserot. Enfin, le cadran solaire est déplacé de l'ancienne cour dans l'escalier central, et n'a plus d'autre utilité que décorative. Ces travaux seront achevés en 1740. Concernant la cour du château, signalons que la fontaine qui s'y trouve est ouverte d'un côté, en 1727, aux gens du village, et que les dépendances - ou "communs" - qui l'entourent consistent essentiellement en un grand bâtiment contenant la grange et deux étables, un second avec cuisine, laiterie et écurie pour douze chevaux, enfin la grange des dîmes qui accueille une autre étable et le logement du granger. Ces dernières seront détruites en 1932 (voir ci-dessous).

    Le fief échoit en 1775 à Jean-Philippe Horneca, ci-devant pasteur de Dardagny mais, surtout, époux de l'héritière Vasserot, Marie-Renée-Christine, soeur du dernier comte du nom. Il la transmet en 1779 à son fils Jacques-Antoine, qui change son patronyme en Horngacher. Celui-ci exécute le dernier aménagement intérieur du château : l'installation en 1780 d'un orgue dans la Salle des Chevaliers et le prolongement de la galerie du premier étage jusqu'à la porte permettant d'accéder à l'instrument. Horngacher grave aussi deux devises sur les facades de sa demeure : "Inveni portum; spes et fortuna valet, 3 juillet 1780" (Me voilà au port, adieu fortune et bonnes espérances) au-dessus de la porte d'entrée, et "Curarum dulce levamen, 1781" (Doux soulagement aux peines), sur le fronton est. Enfin, il refait entièrement la fontaine.

    En 1795, la seigneurie est vendue à la Nation genevoise, qui rachète, Révolution oblige, tous les droits féodaux; le château et ses terres restent toutefois entre les mains de leurs légitimes propriétaires. Mais en 1848 les Horngacher les vendent à Jean-Louis Fazy. Le "règne" Fazy s'achève lorsque, après le décès de Jean-Louis en 1879, la propriété est partagée entre ses deux filles. Blanche Fazy hérita du château, puis épousa Louis Glardon. Pendant quelques temps, le couple mena grand train au château. Mais la propriété, « gagée, comme l’écrit Jacques Gros, par un créancier ayant fourni un certain capital », échut à ce dernier, un dénommé Jean-Marie Berthier de Lyon, en 1884.

    (A suivre)

    Jacques Davier

    NB : la bibliographie figure dans la dernière partie

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire 1 commentaire