Urgence climatique, ou petit inventaire d'une paupérisation généralisée

Imprimer

L'"urgence climatique", fake news absolue créée de toutes pièces par le GIEC, monstre onusien de manipulations et de mensonges, n'existe pas! Mais cela n'empêche pas qu'elle soit "déclarée" (?) par le gouvernement cantonal. La belle affaire!

Aucune personne sensée ne peut décemment souhaiter faire ce que les autorités annoncent vouloir faire à Genève relativement au climat, dont le récent réchauffement est tout à fait normal et dans l'ordre des choses, ni croire que cela pourra être fait sans atteintes majeures aux structures mêmes de notre société. Il est temps que la population se réveille!

On divague, on marche sur la tête, à Genève! A cause de l'"urgence climatique", le nouvel hochet de nos autorités cantonales! Autorités qui sont de droite, en principe, avec Fontanet, Maudet, Dal Busco et Poggia (deux PLR, un PDC et un MCG), soit quatre sur sept, ce qui aurait dû normalement calmer le jeu. Mais, au vu des déclarations du Conseil d'Etat, on peut se demander si ces personnes et ces partis ne sont pas aussi verts que Les Verts? Je m'interroge, car ce n'est pas pour appliquer des politiques vertes que ces gens ont été élus, sinon on aurait élu les originaux! Il y a de la trahison dans l'air, c'est sûr! Ou bien un petit surmoi de derrière les fagots? Mais ceci est un autre débat.

Venons-en au fait. Réduction des "gaz à effet de serre" (la vapeur d'eau est-elle incluse dans le lot?) à 60% du niveau de 1990, alors que l'on ne cesse de vouloir "développer" Genève et attirer de nouveaux habitants et de nouveaux frontaliers, qui ne voyageront pas tous, et de loin, en train ou en bus; "neutralité carbone" en 2050, mais bien sûr, tout en éliminant les centrales nucléaires! Et en privatisant le marché de l'électricité, ce qui menacera directement nos barrages... Vous en reprendrez bien une louche?

Si tout cela n'est pas une posture, et qu'on veut VRAIMENT atteindre ces objectifs, et les atteindre cash, ce ne sera pas possible sans casse. Possiblement, sinon probablement, voire certainement si on tente de passer en force, on aura droit à une destruction des structures actuelles de notre société, d'abord énergétiques, puis économiques et enfin sociales. Tout cela finira par provoquer un appauvrissement généralisé de la population, avec à la clé des taux de mortalité qui finiront par prendre l'ascenseur... comme par le passé, et pas besoin de remonter loin dans le temps, voyez le début du XXème siècle et le XIXème siècle, ça craint déjà un max (taux de mortalité infantile en Suisse de 20% en 1875, et de 0,5 % en 1996)!

Je ne plaisante pas. Avec les techniques actuelles, et avec une consommation d'électricité en hausse constante, quoi qu'en dise la conseillère fédérale Sommaruga, le solaire et l'éolien seuls ne pourront pas à l'avenir alimenter toute la Suisse. Donc, cela impliquera forcément une hausse drastique du prix de l'électricité, puis, comme la consommation ne baissera pas, une kyrielle d'interdictions, des coupures de courant, des suppressions d'eau chaude, des arrêts forcés des moyens de déplacement, comme les trains, voitures et autres vélos électriques, les moteurs à essence et à diesel ayant été interdits, des réductions des vols aéronautiques, voir leurs suppressions pures et simples (sauf pour les autorités et autres privilégiés, of course), le retour à la navigation à voiles et à rames, des logements de plus en plus froids et sombres, des ascenseurs et des frigos en panne par manque de "jus", des problèmes généralisés de production et de transport des marchandises, alimentation, médicaments et natels y compris, des rayons vides dans les magasins, des hôpitaux surchargés, voire inaccessibles, la raréfaction des postes de travail, sans oublier les amendes, taxes et autres renchérissements. Quant à l'Internet, il y a de forte chances qu'un jour il soit rationné... Sans parler du fait que tout le monde sera coincé dans son quartier ou dans son bled, sans plus d'espoir d'en sortir, sauf miracle. Bref, ce sera le rêve! Et cela n'est qu'un aperçu, un petit essai d'inventaire à la Prévert, bien partiel.

Bienvenue dans le monde, non de l'urgence, mais bien de la paupérisation climatique! Toujours partants pour défiler derrière Greta, les gars?

Commentaires

  • Parfaitement Maître Jacques,

    Vous savez toujours mettre le doigt là où ça fait mal.

    Ceux-là mêmes qui crient à l'urgence climatique, qui demandent des "éco-taxes" en tout genre, qui nous culpabilisent, qui nous tyrannisent et nous menacent d'une fin du monde pour les années à venir, sont les-mêmes qui veulent nous vendre le "GRAND Genève", sa population qui selon eux ne doit cesser de croître, son bétonnage pour le "bien de tous" et bien entendu sa croissance infinie quitte à aller droit dans le mur.

    Eh bien dans le mur nous y allons à vitesse grand V comme vous le décrivez si bien dans votre billet.

    Tous ces chantres du mondialisme qui tirent les ficelles en coulisses sont très bien décrits dans l'introduction de ce livre de Rioufol dont on trouve un extrait ici:

    http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2020/01/les-traitres-tel-est.html

    Pour ce qui est des éoliennes, je vous conseille ce documentaire:

    https://www.tvlibertes.com/focus-exclusif-la-revolte-contre-les-eoliennes

  • Selon Sainte Greta, il faudrait "paniquer", car "notre maison [brûlerait] toujours", ce qui est évidemment faux. Cette attitude est totalement infantile. Un individu sérieux et responsable, ne panique pas, surtout dans les situations d'urgence, car la panique est mauvaise conseillère, et ne peut que déboucher sur des erreurs, parfois graves sinon fatales. Cette adolescente est absolument immature, et il est incompréhensible qu'on lui accorde une telle audience! En ce qui me concerne, ce serait, illico presto, un verre de lait et coucouche panier! Non mais!

  • "Cette adolescente est absolument immature, et il est incompréhensible qu'on lui accorde une telle audience!"

    Bien dit Maître Jacques, mais dites-vous bien que si cette gamine est invitée à Davos, à l'ONU, par Macron etc. et que l’on parle d'elle partout dans les grands medias, c'est bien parce que les puissants de ce monde le veulent bien, car en effet elle sert leurs projets mondialistes.

    On nous présente Greta comme l’opposante des mondialistes mais c'est tout le contraire. Dans ce cas pourquoi Pierre Hillard ou Pierre Jovanovic, qui tous deux dénoncent si bien les ravages du mondialisme, ne sont-ils pas aussi invités à Davos? Le fait que leurs pages Wikipédia ont été supprimées après plus de 10 ans démontre bien qu’eux dérangent vraiment les mondialistes.

    Une preuve que Greta roule pour les mondialiste? Par exemple, par quand on a demandé à Greta si elle était contre le CETA, ce traité de libre échange entre le Canada et l'UE, qui donne encore plus de pouvoir aux multinationales, qui est la source d'une grande pollution supplémentaire et de bien d'autres dangers également pour notre santé:

    https://www.collectifstoptafta.org/IMG/pdf/4pceta-complet.compressed_2_.pdf

    Eh bien, quand on lui a demandé de prendre position pour ou contre le CETA, Greta qui d’habitude est toujours si catégorique, a dit qu'elle n'avait pas d'opinion à ce sujet, ce qui est un comble:

    https://www.youtube.com/watch?v=kJbYfjlZPu4

    Donc elle ménage les grandes multinationales pollueuses mais quand il s'agit de culpabiliser chaque citoyen, là elle ne se gêne pas.

    Une autre preuve? Certains ont clairement mis en évidence les liens du pion Greta avec le grand capital. Ecoutez attentivement cette courte vidéo de Tatiana Ventose, courageuse jeune youtubeuse. Retenez bien ces noms: Ingmar Rentzhog, Kristina Persson, mais aussi George Soros et bien d’autres:

    https://www.youtube.com/watch?v=6Jujrmiyn18

    Cette gamine est tout simplement manipulée et nous manipule:

    https://www.valeursactuelles.com/monde/un-bug-sur-facebook-revele-que-les-messages-postes-par-greta-thunberg-sont-ecrits-par-son-pere-114984

    et en parlant du réchauffement 24h sur 24, les grands de ce monde détournent ainsi l'attention du “bon peuple” de vrais problèmes tels que la paupérisation de la classe moyenne, la faillite des banques, la mise en place d'un Etat policier et l'immigration de masse.

    S'ils invitent Geta à Davos c'est qu'elle travaille pour leur cause.

  • Que cela soit clair. Entre 1892 et 1924, seize millions d'Européens sont passé par Ellis Island, à New York, la porte d'entrée des Etats-Unis (voir Georges Perec, Ellis Island, P.O.L, 2019, écrit en 1980). Ces gens fuyaient la misère et la pauvreté qui étaient leur triste lot dans leur patrie. Cela signifie qu'en 1900, la misère régnait en force par chez nous, en Europe, comme ailleurs, d'ailleurs. Cela a duré jusqu'à la Seconde guerre mondiale. Ce n'est qu'après-guerre, notamment grâce aux millions américains accordés à l'Europe par le Plan Marshall, que les choses ont commencé à s'améliorer, et qu'on est petit à petit sorti de la misère. Puis, il y eut les Trente Glorieuses, puis on oublia peu à peu les années sombres, difficiles, les années d'avant...

    Or, nous avons aujourd'hui une pléthore d'hurluberlus qui, ne connaissant pas notre histoire, voudraient nous faire accepter des mesure "climatiques" dont le seul effet véritable, car elle ne feront rien pour le climat, les pauvres, sera de replonger toute l'Europe dans cette misère dont elle a eu tant de mal à sortir! Alors je dis non, non à la suppression programmée du CO2, non aux éoliennes et au panneaux solaires inefficaces, mais oui à l'atome et au pétrole, et ce ne sont pas quelques agités du bocal style Greta qui me feront changer d'avis!

    Ma grand-mère me racontait ce qu'était la misère au Tessin dans les années 1930. Elle était omniprésente, et même les privilégiés, à l'exemple de ma famille, ne vivaient pas comme en 2019. Personne ne voudrait revivre ça. Alors, votre climat en 2100 et toutes vos mesures climatiques à la flan, je m'en tamponne le coquillard, et dans les grandes largeurs, car la richesse actuelle de notre belle Suisse, ma foi, me convient plutôt bien!

  • Merci, Arthur, pour vos deux commentaires, et pour vos infos sur les liens entre Greta et les mondialistes. C'est effectivement troublant, et il est vrai qu'il se passe quelque chose de... bizarre, voire d'inquiétant, pour le moins, dans ce monde. Le climat comme manœuvre de diversion, ça se tient aussi, en effet...

  • Ils n'ont pas pu s'empêcher de faire mumuse avec leur nouveau joujou, les zigues! En effet, je constate qu'ils n'ont pas attendu longtemps, les écolos antibagnoles genevois, pour mettre en œuvre leur système de macaron de circulation. Le 22 janvier! Comme si ça craignait en hiver, alors que la bise a soufflé ces derniers jours! Nous entrons donc lentement, mais sûrement, dans le fascisme vert. Et ça va aller en s'accroissant. Soyez très circonspects dans le choix de vos candidats favoris lors des prochaines élections...

    Par ailleurs, la Tribune titre "les voitures les plus sales seront interdites en ville...". Cela est faux, car il ne s'agit pas de saleté ou de propreté, mais de taux d'émission de particules, qui sont, en elles-mêmes, ni "sales", ni "propres". Mais le choix des mots n'est jamais innocent, il s'agit en l'occurrence d'insulter, de rabaisser, de culpabiliser les propriétaires des voitures interdites de circulation, comme s'il s'agissait de bandits, de parias, d'infâmes criminels... S'il vous plaît, un minimum de respect! Souvent, ces gens n'ont pas les moyens de s'acheter une voiture neuve, alors, laissez-les tranquilles, cette idiotie les pénalise déjà assez...

    En outre, qui a pensé, dans cette déplorable affaire, à la pollution émise par la construction des moteurs électriques, et par celle émise par la production de l'électricité par des centrales thermiques ou atomiques? Cette pollution pollue à l'étranger, donc pas ici, à Genève, mais on s'en fiche, puisqu'il s'agit d'une pollution exportée!

Les commentaires sont fermés.