Van der Graaf l'électrique (Les perles du rock, 5)

Imprimer

Van der Graaf Generator (le nom du physicien américain est Van de Graaff, mais on n'en voudra pas à notre bande...) est sans doute l'un des groupes de rock les plus originaux que la (pas si) perfide Albion nous ait donnés! Porté, dans sa formation classique (1969-1972) par la voix de Peter Hammill, les saxes de David Jackson, les claviers de Hugh Banton, la batterie de Guy Evans et la basse de Nic Potter (seulement jusqu'en 1970), Van der Graaf nous a gratifiés de plages sonore inouïes, magnifiées par les mots sublimes et le chant de Hammill. L'absence de guitare électrique  (jouée, en cas de besoin, par leur pote Robert Fripp) fait partie de sa légende, et le démarque de la plupart des groupes de rock de l'époque.

Quand on s'intéresse à la musique de Van der Graaf Generator, on a l'embarras du choix! Pour ma part, je vais rester simple et classique, piochant dans les premières productions, datant des années 1970-1971.

Alors, voici les morceaux que j'ai choisi de partager avec vous :

  • "Killer", extrait du 33T H to He Who Am The Only One (1970), disque qui nous parle d'hélium et d'oxygène, de voyages interstellaires, de poissons tueurs et d'amours perdues!
  • "A Plague Of Lighthouse Keepers", extrait de Pawn Hearts (1971). "Peste soit des gardiens de phare" est un long morceau qui occupe une face entière du 33T, et sur lequel joue, en invité, le guitariste en chef du Roi Cramoisi, à savoir Robert Fripp himself! Un bonus pour le chant extrême de Hammill.
  • "Theme One", instrumental composé par George Martin, vous savez, le producteur des Beatles, et sorti seulement en 45T (1972). Ici, dans une version live en studio, peut-être à la BBC.

Voilà. Bonne écoute!

Commentaires

  • Ben là, Maître Jacques, je passe mon tour, pas connaisseur pour un rond, vais mettre mon robot pisseur de copies sur off … Passons.
    Faut laisser libre le « commentariat » aux spécialistes, Dame Frieda ou King Arthur, les rockers purs et durs au cœur tendre.

    En revanche, j’ai parfaitement compris la tendresse que vous éprouviez pour ce groupe, en consultant le lien en annexe, qui démontre les effets du générateur de Van de Graff, rayon la physique amusante. Sûr que c’est le truc que vous avez employé pour tomber Oona : vous découvrant avec votre tignasse et votre barbe hérissées, la Belle a dû tomber raide en pâmoison, plus qu’un jeu d’enfant d’emporter la forteresse.

    Proverbe chinois : « Le mariage est comme une forteresse. Les assiégeants veulent y rentrer, les assiégés ne pensent qu’à en sortir. »

    Sur ces bonnes paroles, bon dimanche.

    http://public.iutenligne.net/etudes-et-
    realisations/nardi/VdG/conclusion/index.html

  • Merci, Gislebert, j'aime bien l'image de la tignasse et de la barbe hérissées! Et le proverbe chinois, ma fois, je crains qu'il ne voie juste... Bien à vous!

  • Oups, petit problème d'aiguillage sur le lien. Préférez plutôt :

    https://www.google.com/search?q=générateur+van+de+Graaff+cheveux+hérissés&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=M

  • Pas mal votre machine pour ressembler à un oursin, Messire Gislebert, mais je crois qu'y'a quand même beaucoup de choses en ce moment qui lui font hérisser perpétuellement le poil à Maître Jacques! ;)

  • Ça decolle bien, faut au moins Van der Graaf pour rattraper la comète Oona et alphadecentaurir, " fishes can't fly neither can I " un peu qu'ils peuvent ;)
    https://images.app.goo.gl/7Vzrov2UNzDi2YNL8
    Bonne soirée

  • La version originale du Theme One de George Martin est une petite perle des sixties :

    https://www.youtube.com/watch?v=0EVpvrDeVg8

  • Oui, c'est vrai. Et il y a aussi l'excellente version de Cozy Powell!

Les commentaires sont fermés.