Mélancolie (Les rois fainéants)

Imprimer

Les appétits insatisfaits

Ont réduit l'amour à néant

Et les vertiges contrefaits

Chante, ris, ô roi fainéant

 

Quand l'émoi se mue en silences

Vain est le refrain entonné

Les couteaux, les piques, les lances

Torturent ton cœur étonné

 

Tu fais quelques pas sans y croire

Vers la rivière ténébreuse

Qui, inlassable, son lit creuse

 

Où le fil tranché par la Moire

T'abandonne, étoile filante

Et l'âme sombre, lente, lente...

 

Jacques Davier (Novembre 2019)

 

Commentaires

  • A double tranchant le miroir, au soir, sous l'ombre de la risée, l'étoile filante se brise en écume.
    Quelle côté est le bon? Alice in Hell.

  • Merci bien, poétique Frieda!

  • Faut espérer, cher Poète, que vous ne sombriez pas, même lentement, dans les eaux noires du Styx… La tasse finale, on y aura tous droit, claro que si, mais rien ne presse vraiment.

    Votre mélancolie, cette aboulie de roi fainéant que vous décrivez si bien, font penser davantage qu’au spleen baudelairien au Verlaine mature, pas celui des Poèmes Saturniens ou des Fêtes galantes, mais à celui des Romances sans paroles ou de Sagesse, sans l’aspect religieux…. – je fais référence à l’atmosphère qui s’en dégage, pas à la forme of course...

    Après avoir larmoyé sur Oona, vitupéré en bon Genevois sur nos édiles bien-aimés, vous revenez au lyrisme et à la prosodie classique. C’est heureux, couleur verlainienne, flottement de l’âme, route de l’existence devenant songe, musique intérieure avec des blessures qui semblent irrémédiables, on s’enfonce avec vous dans la mélancolie, comme on entrerait dans un sous-bois de Dardagny, à la recherche de lieux écartés, propices pour rêver, on y sent les jours en demi-teintes, la brume et la pluie fine …

    Bon, ne serais-je pas un peu flatteur aujourd’hui, pour me rattraper de mes rosseries peut-être. Lady Frieda va-t-elle me pardonner ?

    Comme Lelian, vous portez barbe fleurie. J’espère que vos hépatocytes sont plus épatants que ne le furent les siens…

    A la prochaine, Maître Jacques.

  • Merci à vous Messire Gislebert, pour votre commentaire! Et pour cette belle mélancolie des sous-bois de Dardagny! Je ne me lasse pas d'y retourner, c'est vrai. Quant à mes hépatocytes, je crois que mon médecin s'en soucie plus que moi, mais je ne devrais pas le dire!

  • Au bon temps des rois fainéants:

    https://www.youtube.com/watch?v=NZO91pyIotA

  • Et qui se souvient de ça? On m'a dit que c'était excellent:

    http://tele70france.blogspot.com/2014/10/les-maudits-rois-faineants.html

  • Merci, Arthur, pour ces références! Bourvil, excellent, et Roger Pierre et Jean-Marc Thibault aussi. Le duo a également commis une autre série TV, Les Z'Heureux Rois Z'Henri!

  • Attention, King Arthur, ces rois dits fainéants, ces Mérovingiens, rien à voir avec votre Table ronde, ce n’étaient certes pas des lumières, trop occupés à s'entre-tuer, ni des précurseurs de la geste bourvilienne...A part leurs moitiés qui se tenaient un sacré tempérament et qui ont très d’ailleurs mal terminé leur vie terrestre (Brunehaut surtout). Mais ils n’étaient ni plus ni moins feignants que nos dirigeants actuels. Ils savaient déléguer, ces hommes, à vrai dire ils n’avaient pas trop le choix avec leur vassalité d’agités. Se sont fait tailler un costard pour la postérité par Eginhard, le moine chroniqueur de Charlemagne qui avait tout intérêt pour plaire à noircir le tableau de la dynastie précédente… Et puis se déplacer dans un char tiré par des bœufs, tel était l’usage pour les notables de l’époque, en avance sur le bilan carbone du Giec… Encore qu’avec des bœufs péteurs, cela puisse se discuter…. J’écris sous le contrôle d’une historienne médiéviste, c'est vous dire si je suis sérieux.

  • Merci Messire Gislebert pour cette sage mise en garde! Je veillerai à toujours garder à l'esprit la rigueur du stoïcien alliée à la détermination du Spartiate, même si comme vous le dites avec justesse ces rois en question n'étaient pas aussi fainéants qu'on a bien voulu nous le faire croire.

    Merci également à vous Maître Jacques de nous rappeller Les Z'Heureux Rois Z'Henri! Dommage qu'on ne trouve rien sur Youtube : (

    Au fait, si jamais vous n'avez pas encore vu cet excellent film de Bourvil et voulez passer un bon moment, je vous le conseille:

    https://www.youtube.com/watch?v=_h-FPgItQ9Y

Les commentaires sont fermés.