Les temps post-modernes

Imprimer

La vie de jadis dans la campagne genevoise

Je me souviens de quand les libraires étaient libraires non pour l’argent

Mais pour parler avec vous des livres qu’ils aimaient tant

De quand on longeait les ruisseaux simplement parce qu’ils étaient beaux

 

Je me remémore le temps des filles à fichu rose ou bleu

Leurs cheveux s’égrenant en mèches folles au vent du soir

Et de l’épicerie vieille où l’on parlait plus que l’on ne vendait

 

C’était le temps des sombres fermes abandonnées, mystérieux

Ecrins de pierre et de bois offerts à nos rêves d’enfants,

Des champs fumants au petit matin, de la vie lente et belle

 

Je me souviens des ballades à vélo le long du chemin vieux

De nos amies épuisées que nous réconfortions plus que nécessaire

Et des écureuils furtifs entr’aperçus aux troncs amicaux...

 

Jacques Davier

 

Commentaires

  • Joli clin d’œil à l’Ouvroir, Maître Jacques, vous tenez décidément une forme oulipoïque !

    « Je me souviens » de Sami Frei sur scène, je ne sais plus dans quel théâtre, moulinant sans défaillir le texte de Perec, quel plaisir, cette chevauchée à bicyclette à travers le labyrinthe de notre mémoire commune. On ne savait ce qu’il fallait admirer le plus, le talent, la diction et le métier du comédien ou la performance du pédaleur…

    Perec « excusé pour cause de décès » aurait pu rajouter quelques chapitres, depuis près de quarante ans qu’il est parti. Le Moloch médiatique insatiable lui aurait fourni matière à commenter, ces mille-et-un événements du quotidien qui façonnent notre mémoire collective. Et qui, pendant le parcours, ouvrent d’autres fenêtres, jaillissements de réminiscences personnelles. Ainsi, votre vers (très libre) où il est question d’écureuils furtifs m’a immanquablement ramené à l’ «Amandier » de Brassens. Juste pour le plaisir d’une réécoute :

    https://www.youtube.com/watch?v=dFWRWUXRa7o

    Un écureuil en jupons dans un bond…. Est-il plus belle image de l’éternel féminin, le petit rongeur gracieux, farouche et teigneux à la fois qui vous bouffe toutes vos amandes et vous laisse sur la paille une fois l’hiver venu ? C’est tout le portrait d’Oona non ? Dame Frieda je ne sais...

    Bien des choses à Dardagny.

  • Cher Gislebert, merci pour ce commentaire! Et pour l'Amandier de Brassens, que je ne connaissais pas, belle découverte! Aussi, comme je vous envie d'avoir eu la chance d'assister au spectacle de Sami Frei récitant les Je me souviens de Pérec en pédalant sur son vélo! Quant à Oona, bel écureuil, je sacrifierais bien toutes mes amandes pour un de ses baisers fripons! Bonne journée!

    PS : ce n'est pas Yves Duteil, dans la vidéo, qui est au fond de la scène, en troisième guitariste?

  • Exact, jeune alors, Joel Favreau seconde guitare très virtuose...

  • Bonjour,
    Voilà Dardagny, charmant,figé au printemps, vivant en prenant son temps, tranquille sous les étoiles. Pas de speed metal, plutôt folky, ça a son charme.
    Quand à Tonton Georges, Messire Gislebert, vous ne lui aviez pas dit, qu' il avait tout de même eu de la chance, parce que les ours aussi aiment bien les fruits à coque ;) bonne journée.

  • @Dame Frieda
    En effet, ce poème se rapporte tout entier à Dardagny, l'été cette fois-ci! J'ai été frappé par votre remarque sous le Portrait de la terre. Sans Oona, c'est la glace qui fige le paysage, mais avec elle ce sont les arbres en fleurs qui se révèlent. C'est vrai et je n' en étais pas conscient! Votre ashram, si j'en crois Messire Gislebert (mais peut-on lui faire totalement confiance ;-) vous a bien inspirée, manifestement! Bien à vous, JD

  • Merci beaucoup Monsieur Davier pour votre charmant poème qui me touche beaucoup et qui parle d'une époque n'est pas si lointaine et où la vie était plus douce, mais en moins de 20 ans les mondialistes ont mis les bouchées doubles pour exécuter leur plan de domination mondiale, comme le remarque si bien Pierre Hillard. Prochaine étape: la suppression du cash (comme ça on pourra traquer nos moindre dépenses).

    Heureusement la résistance existe et votre blog en est la preuve. A ce propos le tout dernier I-média hebdomadaire est arrivé, pour tous ceux qui veulent avoir une vision de l'information sans le filtre déformant de la bienpensance. On y parle par exemple du début du déclin de sainte Greta.

    https://www.youtube.com/watch?v=HjEqtKKS2iA

Les commentaires sont fermés.