Dardagny (Portrait de la Terre)

Imprimer

Dardagny est ma terre, mon village, mon repaire et mon refuge… Dardagny l’hiver est un lieu magique. Les vignes enneigées sont comme endormies, et mon âme s’allie à ce paysage silencieux, que seul un croassement trouble, rare et lointain…

Pour J.M.G. Le Clézio

La terre, portant son manteau noir

D’arbres pelés, de feuilles mortes

Embrasse le triste manoir

Où s’en vont les folles cohortes

 

Les vignes, parsemées de blanc

Roulent loin leurs vagues statiques

Et sautent (mais elles font semblant !)

Au cou des frimas extatiques

 

Ici, un étang sous la glace

Qu’une berge immobile enlace

Le chemin creux d’où s’envola

 

Cette horde criante, est là

Dans le fond, tiré au cordeau

Le Jura, blanc, montre son dos…

 

Jacques Davier

Lien permanent Catégories : Genève, Poe aime! 11 commentaires

Commentaires

  • Soyons sérieux aujourd’hui, enfin essayons… Un deuxième service si je ne m’abuse, ce poème sur Dardagny l’hiver, vous nous l’avez déjà proposé. Vous faites bien, car de ce que j’ai lu de vous, c’est pour moi le meilleur, le plus abouti. Je ne prétends pas bien sûr connaître l’intégralité de votre œuvre parue (l’édition Pléiade étant épuisée…), mais je lui trouve beaucoup de charme à ce sonnet de classique facture, de belles images comme l’étang gelé enlacé et le gros dos blanc du Jura tiré au cordeau.

    Difficile d’analyser la poésie, on part vite dans la déconnade, mais votre poème me ramène à des réminiscences picturales, vous savez bien que les peintres parlent de musique et les musiciens réciproquement de peinture. Sûrement son caractère impressionniste, les paysages de neige de Monet, la Pie perchée sur une barrière et surtout le train à l’arrêt, émergent avec les gros yeux jaunes de la loco perçant le brouillard. Les deux toiles sont accrochées aux cimaises d’Orsay et de Marmottan, à Paris.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Pie#/media/Fichier:Claude_Monet_-_The_Magpie_-_Google_Art_Project.jpg

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Claude_Monet_-_Train_in_the_Snow.jpg

    Vous me direz aucun rapport, aucun train ne passe à Dardagny. Exact, mais Russin et La Plaine ne sont pas si loin. Et puis la poésie qui titille les neurones de notre mémoire profonde a, avec la musique, le mérite et le privilège de nous rappeler que nous avons vécu, les souvenirs et les images s’emmêlent et s’entrechoquent en liberté.

    Bonne journée à vous.

  • J'aime beaucoup ce texte.

  • Messire Gislebert,
    En effet, j'ai déjà proposé ce poème sur mon blog. A vrai dire, c'est le premier que j'y ai publié, en décembre de l'année dernière. Sauf que je l'ai rétabli ici dans sa version initiale de 2010, vu que je ne trouve pas très heureuses les modifications que je lui ai apportées en 2018! Considérant d'ailleurs ce blog aussi comme un laboratoire, il arrive que je republie des textes déjà publiés, mais revus et corrigés. Et merci pour Monet! Quant à la Pléiade, je vous laisse l'entière responsabilité de cette affirmation... Bien à vous, JD

  • J'avoue que ma langue fourchue n'a pas grand chose à redire à ce joli poème, même si on pourrait dire que Oona nous manque ici, jl'aurais bien vue à dos de Jura. Apaisant vot'Dardagny. Après cette lecture, j'ai même pas envi de taquiner Messire Gislebert ni John le Preux, c'est dire. ( joke)

  • Merci Hommelibre!

  • Dame Frieda@

    Oooooona vous manque, ça ne m’étonne pas, vous n’aimez que le bruit et la fureur, les assiettes qui volent, les yeux pochés, les crânes défoncés, les scalps pendouillant tout sanguinolents…

    Belle mentalité en vérité. L’élégie, c’est pas votre tasse de gin, sous votre franc-parler (langue bien pendue pas obligatoirement fourchue) et côté rock, z’avez de la connivence avec Tonton Boris, , c’est pourquoi l'on vous supporte et vous aime bien…Pour mémoire :

    https://www.youtube.com/watch?v=jrVtpRETeX8

  • Merci pour ce merveilleux sonnet. Même l'introduction au poème est un poème en soi!

    "Dardagny est ma terre, mon village, mon repaire et mon refuge…"

    Profitez-en bien, car le rouleau compresseur mondialiste ne rêve que de mettre fin à cet amour que les hommes peuvent avoir pour leur terre!

  • Merci Arthur! Et bien oui, j'aime ma terre, même la ville je l'aime, mais je n'aime pas le gang des démolisseurs qui sévissent à Genève, sous la houlette de Tony le bétonneur et de ses six acolytes. Je n'aime pas ce qu'on a fait récemment aux Allières, je n'aime pas ce qu'on s'apprête à faire à la Chevillarde. Je n'aime pas les abattages d'arbres, ni ceux de maisons centenaires. J'aime les vieilles bâtisses entourées de vieux feuillus, c'est cela mon monde, ce n'est pas celui fait d'affreux et délétères écoquartiers avec leurs bicoques minergie, leur haine de la bagnole et leurs bobos à sandales et à vélo! Merde, à la fin!!!!!

  • « Merde, à la fin ! »
    Que voilà un titre bien senti pour la future intégrale de vos coups de gueule, Maître Jacques. Ne pas oublier la virgule, ça donne de l’ampleur, ça permet la respiration… Quasi sûr que Dame Frieda acquiesce en son for extérieur, même si actuellement elle boude dans son ashram…

  • Un grand merci Monsieur Davier,

    Vos paroles me réchauffent le coeur.

    Rien que de penser à ce qui s'est passé aux Allières et au Mervelet et à ce qui va se passer à la Chevillarde, à la Place du Petit Saconnex, au chemin du Point du Jour et aussi à Vessy et à Pinchat (où on va abattre des chênes séculaires) et à tant d'autres endroits dans notre si petit canton me rend malade.

    Et ce n'est que le début: Savez-vous que la moitié des villas possédées par la ville vont disparaître suite à une demande d’élus. l’Exécutif a dressé la liste des 42 demeures dont la ville est propriétaire. Parmi elles, 22 vont être démolies.

    Mais dans quel monde vivons-nous? Le Genevois n'ont pas leur mot à dire? Qui sont ces élus? Des noms! Voici l'article

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/moitie-villas-ville-disparaitre/story/17528630

    Pourtant des gens réagissent, mais trop tard et en vain. Que faire?

    Vous verrez que le vert nuisant bétonneur sera réélu par des genevois zombies. Il faut que cette arrogante vague de destructions cesse. Nos descendant nous maudiront!

    Si seulement cette associsation arrivait à faire davantage parler d'elle dans les médias:

    https://www.facebook.com/contrelenlaidissement/

    Je suppose que vous avez déjà lu les billets et articles suivants:

    Cet article reflète l'opinion de la majorité des genevois à savoir qu'on bâtit contre eux:

    https://www.tdg.ch/editorial/btir-geneve-genevois/story/16404480

    de même que celui-ci:

    https://www.tdg.ch/signatures/editorial/Geneve-se-construit-a-la-tronconneuse/story/25639532

    et celui-là

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/chantier-allieres-immense-colere/story/16535562

    ou encore celui-ci

    http://postluxtenebras.blog.tdg.ch/archive/2019/08/26/les-verts-participent-a-la-destruction-de-l-environnement-300482.html

    ou encore celui-là:

    http://andrepfeffer.blog.tdg.ch/archive/2019/08/28/betonnage-et-massacre-de-la-zone-villas-300522.html

    et que dire de cet autre article:

    http://yingyang.blog.tdg.ch/archive/2019/09/17/geneve-ville-politiquement-nul-300900.html

    et sur les bobos lisez-moi ça:

    http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2019/09/18/le-bobo-vous-connaissez-portrait-300919.html

    Je suis si triste de ce qui arrive à notre ville, si triste! Et on laisse faire.

    Encore merci monsieur Davier.

  • Bonsoir,
    Messire Gislebert, plutôt mon double, c'est lui le fripon, le tumultueux. Ce n'est pas parce que ce monde me montre des crânes défoncés, du sang et de la souffrance que j'aime. Au contraire, j'aime assez que Dardagny soit figé sous la glace du temps. Mais si Oona était dans ce tableau, les vignes seraient vertes, les arbres en fleurs.

Les commentaires sont fermés.