Sable sur les routes du monde (Pour Papa)

Imprimer

Pour toi, papa, avec qui j'empruntai quelques-unes des routes du monde... Pour toi, papa, qui nous a quittés en partant discrètement, par la dernière route...

Sable sur les routes du monde

Efface les traces de vie

Lorsque tourne tourne la ronde

A toute berzingue on dévie

 

Tourbillons de sable volètent

Soulèvent des nuages gris

Violents les simouns fouettent

Nos antiques Jeep vert-de-gris

 

Un voyageur loin sur la route

Je crie mais il n’entend pas

On jurerait qu’il chante, écoute

 

Allez, courage, hâtons le pas!

C’est la voix joyeuse du monde

Lorsque tourne tourne la ronde...

 

Jacques Davier, Juillet 2019

 

Lien permanent Catégories : Poe aime! 1 commentaire

Commentaires

  • Printemps 74. La radio algérienne vient d’annoncer la mort du Président français G. Pompidou. Nous roulons à bonne allure le long de l’Erg oriental, en direction de Hassi Messaoud, plateforme pétrolière du pays. Boulot et découverte à la fois.
    On m’a prêté une Coccinelle quasi neuve, la route est fraîchement asphaltée et l’on roule bien. Un immense nuage, aperçu au loin, s’avance vers nous en une masse jaunâtre tourbillonnante et engloutit l’horizon en quelques minutes. Se garer sur le bas-côté, en colonne avec d’autres, faire le dos rond et attendre… Tintin au Pays de l’Or noir…Deux-trois heures à poireauter que la visibilité revienne… En néophyte ignare, je me demandais pourquoi les voitures étaient toutes recouvertes d’une une épaisse couche de graisse sur les pare-chocs, phares et calandres avant. En examinant ma caisse avant de repartir, ai compris pourquoi : carrosserie sablée, matée, une horreur...
    Le préteur, quand je l’ai rendue à Alger, n’était pas content (litote), remontage de bretelles obligé. Par la suite, ai toujours préféré sabler le champagne.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel