Flèches diamantines

Imprimer

Pour Oona, une fois encore...

Réel est éphémère, éternel est le rêve (Olivier Salon)

Au plus profond d'une terreur fantasmatique

Surgit inconnue la femme salvatrice

Est-elle aimante soeur ou servante bachique?

Ecoute son plaisir dans l’ombre de la cuisse...

 

Par-delà nos froides saisons post-atomiques

J’entends les refrains de comptines enfantines

Qu’illuminent bruyants les couchers électriques

D’astres où s’écrasent des flèches diamantines

 

Est-elle venue forte du grand amour?

Ô moi qu’ai-je fait pour qu’elle parte à jamais?

Absente son souvenir effraie le jour

 

Amer désir d’elle quand encore elle aimait

Sangsue je vivrai maudit et sans espoir

Peine souffrance vile prison du trou noir...

 

Jacques Davier, Un jour hors du temps au siècle passé et Juin 2019

Lien permanent Catégories : Poe aime! 9 commentaires

Commentaires

  • Bonjour,
    Faut pas vous faire tant de mouron, nous la voyons, votre muse, Oona, l'omega bleue, elle est là. Par contre, je crois qu' elle aime aller titiller d' autres poètes et poétesses de temps en temps, la bougresse ! ;).

  • Bougresse qu’elle qualifie votre muse, Dame Fiona... Pas à ratiociner, elle n’y va pas avec le dos de l’écritoire… Force de constater qu’elle a un peu raison : à la longue, à vous entendre gémir, geindre, pleurnicher comme un lamantin égaré dans un marais salant, pas étonnant que votre belle se soit tirée, la paire faite dans les bras d’un autre… Bien beau de ronsarder avec des regrets pleins les rimes, il arrive un moment où il faut poser son luth et passer aux travaux pratiques…

    Et puis, si ce n’est que nostalgie et histoire ancienne, consolez-vous vite en songeant qu’elle est devenue laide maritorne, acariâtre, peut-être sèche, votre dulcinée… Un célibat bien pensé, en courant alternatif, rien de mieux, croyez-en un pratiquant d’expérience.

  • Dame Fiona n'importe quoi ! Que Dame Frieda me pardonne, tare pour barre, me suis mélangé les doigts sur le clavier, ça doit être la chaleur ou le grand âge...

  • @Frieda, merci pour vos mots encourageants! J'aime bien l'oméga bleue...

    @Gislebert, je crois en effet que vous n'avez pas tout à fait tort!

    Merci à tous deux pour vos commentaires revigorants! JD

  • @Messire Gieslebert,
    Ça faisait un moment que je n' avais pas tant ri, que Messire Jacques me pardonne, ces Gala, Cassandre, Hélène & co, que des bougresses qui torturent nos bons poètes ;) !
    https://images.app.goo.gl/Rwzy11udWSbFzVJx5
    https://images.app.goo.gl/LnMHgQriWp5Dxu9ZA
    C' est l'absinthe qui devait rendre bigleux, jsais pas...Ronsard la célébrant du temps qu'elle était belle, l'a-t-elle jamais été un jour? ;)

  • Pourquoi ne pas dire plutôt "Flèches adamantines"?

  • @Arthur
    Merci pour la suggestion. Je préfère toutefois diamantin, qui porte en lui plus de lumière, plus de brillance, me semble-t-il. Et surtout, cela donnerait un vers de treize pieds, et non douze.

  • Notre petit poète a raison, Arthur, que ferait-il de ce pied de trop, lui qui a déjà tant de peine à prendre le sien avec la douce Oona ?

    Et puis adamantin rappelle désagréablement pour les hommes de l’art l' adamantinome, une méchante tumeur osseuse, maligne et pas sympa du tout…

  • Bonjour,
    Messire Jacques, j'apprécie aussi votre blog,
    Jsais pas si c' est pas la canicule qui vous est montée à la tête ou cette Oona qui vous tourmente m' enfin vous vous êtes sacrément lâché dernièrement. Pourquoi ne pas faire un tour du lac?;)
    @ Messire Gislebert
    Je suis d'humeur rieuse pas furieuse. ;)

Les commentaires sont fermés.