Orient Express

Imprimer

Partir dans un wagon bleu nuit

Se perdre aux sons de mille orients

Fuir les grisailles de l’ennui

Pour arpenter maints cieux riants

 

Quand siffle la locomotive

On sent les sauvages désirs

Violents de fulgurance hâtive

Maîtres des rages et des ires

 

Avec elle se mettre en branle

On réintègre son wagon

Que déjà des spasmes ébranlent

 

Alors on revoit le lagon

Au bord duquel on lut sa lettre

Laissant divaguer son mal-être

 

Jacques Davier

Lien permanent Catégories : Poe aime! 3 commentaires

Commentaires

  • Plus que dans vos rêves, Jacques, le mythique  « Orient-Express »...Il s’arrête maintenant Gare Santa Lucia à Venise . Pour les parfums de l’Orient mystérieux, c’est un peu râpé, géopolitique oblige. Les merveilleux wagons décorés par Lalique sont devenus monuments historiques, propriétés de la Sncf, roulent-ils encore ?

    Si le branle et les spasmes des wagons modernes et de leurs occupants perdurent, le pèlerinage christique (tendance Agatha) risque quand même de tourner court, le lagon bleu rêvé devenu lagune saumâtre… Heureusement qu’il reste la poésie.

    Bien le bonjour.

  • L' Orient Express qui arpente le cosmos (doctor who), les cieux sont trop proches ;)

    https://youtu.be/5-6fEj17MK4

  • @Gislebert
    La conclusion de votre commentaire, c'est ce que j'ai toujours pensé. J'ai avec entêtement opposé, tout au long de ma vie, le rêve et la poésie (qui est aussi, parmi tout ce qu'elle est, une forme de rêve) à la dureté de pierre du réel. "Réel est éphémère, éternel est le Rêve", écrit le poète oulipien Olivier Salon, dans S'exercer.
    Bien à vous, JD

Les commentaires sont fermés.