Sûre, la signature ?

Imprimer

Qu'on me permette de revenir, comme ça, sans raison, gratuitement, sur l'initiative dite des "juges étrangers", rejetée en votation le 25 novembre 2018! Il y quelque chose qui ne passe toujours pas, et j'ai envie de le faire savoir. Pour vider mon sac, parce que la politique suisse est désespérante, parce que le Tessin me manque, parce que nos "élites" sont imbuvables de prétention, parce que c'est le printemps, parce que cela vaut une ballade en forêt, ou une course à ski, parce que le rocker Tom Petty est mort, parce que Paul McCartney, lui, est toujours en vie et parce que j'ai assez lu, ou écrit, de poèmes ces temps derniers...

En préambule, j’aimerais vous dire que, de mon point de vue, les partisans de l’initiative contre les juges étrangers étaient les vrais démocrates et patriotes, alors que ses opposants étaient les représentants de politiques oligarchiques, mondialistes et anti-démocratiques. Ensuite, je m’étonne du fait que, selon certains opposants à l’initiative, cette dernière aurait mis en danger la « signature » de la Suisse apposée au bas des traités, réputée comme « sûre » et qui, en cas d’acceptation du texte, serait devenue, on ne sait par quel maléfice, peu, voire plus du tout, fiable ! Très drôle, et bien évidemment des plus fantaisistes ! Troisièmement, il n'a jamais été question dans cette initiative d'évacuer tout droit international, mais seulement celui utilisé de façon scélérate contre le peuple par les soi-disant et fédéraux cadors de la politique. Maintenant l'essentiel. Les opposants, plus partiaux les uns que les autres, cachèrent soigneusement le point nodal de toute l'affaire, à savoir que le Tribunal fédéral (TF) ouvrit la brèche aux "juges étrangers" en 2012, en donnant la préséance au droit étranger sur le droit suisse dans le cas du renvoi des criminels allogènes. Cela fut un coup d'Etat, perpétré par un quarteron de juges gauchistes au petit pied sans légitimité politique aucune. Mais cela plut à nos élites, qui se voyaient comme de fines putchistes ! Enfin, ricanèrent-elles, le moyen de mettre au pas cet importun de Peuple plus si souverain que ça, au fond, le pauvre ! Et maintenant, ces autoproclamés caïds ne se privent plus de le dédire, le Souverain. Même pas besoin de TF, auquel on recourra le cas échéant. Il suffit de diluer, d'amoindrir, d'émousser, de ratatiner, voire tout bonnement d'invalider... Ah ! Les délices de l’invalidation, la jouissance de décider entre nous, membres du club, d'autorité, illégitimement, à la place de ces pauvres citoyens ! PLR, PS, Verts, PDC et autre groupes de pression mondialisés dansent de joie ! On a gagné contre les gros balourds du peuple qui n'y comprennent rien ! On peut enfin pratiquer sans honte l'entre-soi élitaire et tellement chic, vous savez, cette intimité de cocktails qui nous sied si bien, loin des bistrots où coulent la binch et le blanc populos !

Cela est bel et bon, sans doute, mais je vous fiche mon billet que, maintenant que l’initiative a été rejetée, la signature helvète, de sûre ne va pas tarder à devenir sure !

Les commentaires sont fermés.