Jadis les sourires

Imprimer

Pour Oona, et les femmes aimantes...

Où sont les longs sourires dûs ?

Un vacilla tôt apostat

Et tous alors furent perdus ?

D’amour nul ma vie attesta !

 

Avare espace inarpenté

Idoine aurore de l’archange

Son simple émoi désenchanté

Purifie mes courses d’ange

 

Vraie et simple mon espérance

S’égaie au son des cors des Alpes

J’ai honni l’écho de l’enfance

 

Reconnu en maintes désalpes

Lui se meurt au fond des vergers

Ainsi va le pas des bergers...

 

Jacques Davier

(Genève, le 7 juillet 2006)

 

Lien permanent Catégories : Poe aime! 3 commentaires

Commentaires

  • Votre espérance s’égaie au son des cors des Alpes ? Faudra voir au prochain concert sur l’Alpe à Montana-les-Bains si la mienne reverdit de même… Du boulot, il va en y avoir pour les souffleurs…

    Le son du cor est si triste, paraît-il, le soir au fond des bois. Et dans les vaux du Vieux Pays ? Alfred, ça ne doit pas être votre tasse de thé, si j’en juge votre appréciation sur son contemporain Alphonse. Même avec la paraphrase de Maurice Donnay ?

    Le serpent et le cor de chasse
    Un jour, un grand serpent, trouvant un cor de chasse,
    Pénétra dans le pavillon
    Et comme il n'avait pas beaucoup de place,
    Dans l'instrument le reptile se tasse.
    Mais, terrible punition !
    Quand il voulut revoir le grand air et l'espace,
    Et la vierge forêt au magique décore,
    Il eut beau tenter maint effort,
    Il ne pouvait sortir du cor,
    Le pauvre boa constrictor ;
    Et pâle, il attendit la mort.
    Moralité :

    Dieu ! comme le boa est triste au fond du cor !

    Buenas noches Amigo.

  • Bonjour,
    Messire Jacques,
    Vous voici rococo pastoral, on vous surprend tout bucolique, sous un arbre, dans les alpages, à chatouiller Oona avec avec une fleur des champs, du raisin sous le chapeau, du gruyère plein les poches du manteau.
    Et béee c'est du beau! D'autant plus que vous avez laissé les brebis galeuses s'aventurer trop loin! Si y'a un loup qui se trimballe dans le coin, vous serez bien marri, ainsi va le pas des bergers (qui batifolent). ;)

  • @Gislebert J'ai dû chercher sur le web pour trouver la référence au "Cor" d'Alfred de Vigny. Auteur que je connais effectivement très mal. Maintenant, tout s'éclaire! Merci pour le poème de Maurice Donnay, on dirait du Alphonse Allais, d'ailleurs!

    @Frieda Merci pour ces mots, moins déjantés que d'habitude, mais beaux. J'aimerais, bien, remarquez!

    Bien à vous! JD

Les commentaires sont fermés.