Minuit Café des Granges

Imprimer

Pour Lydia, en souvenir de l’été 1998

Il est minuit Café des Granges

Triste et sonnés passent les anges

J’offre mon amour entêté

Aux filles, aux fleurs, au bel été

 

Mais rapide s’abat l’orage

Et noir est le ciel où jaillit

L’éclair dans le vent et la rage

Lame fouaillant ton cœur, Lily

 

Puis là-haut le tonnerre tonne

Alors les flots tombent d’un coup

Mes lèvres caressent ton cou

 

Ce sont les tiennes que tu donnes

Dans ce café silencieux

Quand tes yeux plongent dans mes yeux

 

Jacques Davier

 

Lien permanent Catégories : Poe aime! 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.