Jazz at Lovers End

Imprimer

Pour Oona, toi, seule, toujours

Sous un ciel noir de bout du monde

Je regardai le bateau blanc

Qui s'en allait lorsqu'à pas lents

Nous marchions bercés par l'onde

 

Sur la jetée de Lovers End

Sans dire un mot je pris tes lèvres

Tu te serras tout contre moi

Et je goûtai ce doux émoi

 

A Lovers End me revoici

Un air de jazz dans le lointain

Me dit tu l'as perdue aussi

 

Et lentement cet air s'éteint

Nous laissant seuls et moi et l'onde

Sous un ciel noir de bout du monde …

 

Jacques Davier

Lien permanent Catégories : Poe aime! 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.