Ouest

Imprimer

Pour les fantastiques Led Zeppelin, gardiens du Temple, et pour la femme aux cheveux noirs...

Si je regarde vers l’ouest

D'où l’ombre des foules barbares

S’étend sur les marches de l’est

Et détruit peu à peu nos phares

 

Je vois la femme aux cheveux noirs

Dont le sourire énigmatique

Ce feu dont nous sommes les hoirs

Promet l’union morganatique

 

Aux mécréants qui ont la foi

Promet le salut pour trois sous

Et l’amour et le fol espoir

 

Oh! Mon aimée cette fois

Les accords les arpèges fous

De Led Zep donneront à croire!

 

Jacques Davier, Novembre 2012

Lien permanent Catégories : Musique rock, Poe aime! 6 commentaires

Commentaires

  • Vous êtes bien téméraire, Messire Jacques, de grimper les marches du paradis à vous effrayer l'âme tout une éternité, vu tout le gratin qui se bouscule au portillon pour knock knock knock à sa porte. Vous avez mieux fait de vous morganattiser dans la ronde avec la femme au cheveux noir.

    https://youtu.be/nLgM1QJ3S_I

    Bonne soirée.

  • Merci Dame Frieda pour la Nuit du Walpurgis de cet étrange Faun! Verlaine se frotta aussi au Walpurgis, dans ses Poèmes Saturniens :

    "S'entrelacent parmi l'ombre verte des arbres
    D'un geste alangui, plein d'un désespoir profond ;
    Puis, autour des massifs, des bronzes et des marbres
    Très lentement dansent en rond."

    Bonne journée!

  • Et voici un passage de la nouvelle de Bram Stoker intitulée "Dracula's Guest" où il décrit Walpurgis Night:

    “Walpurgis Night, when, according to the belief of millions of people, the devil was abroad - when the graves were opened and the dead came forth and walked. When all evil things of earth and air and water held revel. This very place the driver had specially shunned. This was the depopulated village of centuries ago. This was where the suicide lay; and this was the place where I was, alone - unmanned, shivering with cold in a shroud of snow with a wild storm gathering again upon me! It took all my philosophy, all the religion I had been taught, all my courage, not to collapse in a paroxysm of fright."

  • Toute émoustillée à l’évocation de la Nuit de Walpurgis, Lady Frieda... la Hexennacht, on comprend, ça lui ravive la souvenance du temps où elle menait la sarabande, à cheval sur le manche de son faubert, toutes les Putzfrauen du Limattquai à sa suite, plein leurs armoires à rangement qu’elles en avaient, des balais

    C’était avant l’arthrose, l’ère bénie d’avant le tassement...

  • Nom de Zeus, tant que vous y êtes, pourquoi pas la ratatinade ou la rabougrinade, Messire Gislebert? En plus, l'ère bénie, c' est maintenant, j'ai un aspirateur aérodynamique 3000 watt. Même Mephisto en reste coi !

  • @Frieda

    Ah, ah ... Bien renvoyé, chère Lady Frieda, vous avez le sens de l’humour et de l’autodérision, c’est assez rare pour être souligné, cette blogosphère étant hantée par les péremptoires, les pontifiants, les scrogneugneus, les coincés du bulbe et des vésicules quand ce ne sont pas les injurieux, les Ophélie victimaires, les imbuvables mamies prêchi-prêcha et j’en oublie pour ne pas savourer vos commentaires…

    Plus jamais je ne vous comparerai à une Putzfrau... Pour les dames du Limattquai, je ne promets rien...

    Me suis-je bien rattrapé ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel