10/12/2018

Oui, le blues...

Le Blues (Fantaisie)

Goo, goo, Goo, goo Barabajagal was his name now. Oui, et il est déjà sur la route. Probablement la route 66, au départ de Chicago, ville en état de mort industrielle clinique, patrie du « blues urbain », il est là, tapi dans « Born in Chicago », génial morceau du Paul Butterfiel Blues Band, dû à la plume de Nick « the Greek » Gravenites. Ou bien sur la Highway 61, la route du blues rural chantée naguère par Bob Dylan… Oui, il est sur la route… Aujourd’hui silencieux dans la nuit, il hurlera demain sous nos fenêtres, lui, le bon gros blues, allez, au hasard, ce « Young man blues », dans la version des Who, en live… (the youg man, he ain’t got nothing in the world today). Ou encore l'apercevrons-nous dans «Uncle Sam Blues», joué à Woodstock par le Jefferson Airplane, dans sa version définitive. Et nous en aurons mal au crâne, et les foules en colères balayeront cette mondialisation délétère, et danseront sur son cadavre, comme au temps de la Carmagnole ! Oui, nos lendemains chanteront, et nous jetterons à la corbeille cette horreur économique. Oui, il est en route, il vient, il approche… Bientôt il hurlera, il hurlera comme un fou ! Oui, je me réjouis déjà !!! Goo, goo, Goo, goo Barabajagal was my name now.

Barabajagal by Donovan and the Jeff Beck Group, 1969.

20:51 Publié dans Musique rock, Poe aime! | Tags : musique, rock, société, anges, mondialisation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

05/12/2018

UN MANOIR AU PURGATOIRE, OU LA DIFFICILE RESTAURATION DU CHATEAU DE DARDAGNY (4ème Partie)

4. La commune s’offre un château (1904-1916)

 

 

Qui demandait à être reçu dans cette auberge de la famine, dans cette

cour plénière du Carême, dans cet hôtel de misère et de lésine ?

(Théophile Gautier, Le capitaine Fracasse)

 

 

C’est en été 1904 que la commune de Dardagny décida l’achat du château. Le domaine, d’une superficie de trois hectares soixante-cinq ares, fut en effet acheté pour la somme de 28'500 francs à Mlles Bonnot, de Lyon, qui en héritèrent de M. Berthier et n’eurent de cesse de s’en débarrasser. Les procès-verbaux du Conseil municipal notent, en date du 28 juillet 1904, ceci : « Le Conseil municipal, considérant qu’il résulte d’une communication de Me Rivoire, notaire à Genève, que le Château de Dardagny (…) est mis en vente ; que cette propriété constituerait, pour la commune, même après avoir rétrocédé la plus grande partie des terrains à un prix avantageux, un superbe emplacement pour la construction éventuelle d’un bâtiment communal et groupe scolaire, arrête de maintenir l’offre (…) d’acquérir au nom de la commune la propriété du Château de Dardagny (…) ». Le 18 août, le Conseil confirmera sa décision d’acheter le château et ses terres. En outre, il décide de contracter un emprunt de 28'000 franc au taux de 4% l’an, avec faculté de rembourser la moitié de cette somme après la première année.

Nous pouvons ainsi voir que, dès le début, il s’était agi de démolir l’édifice afin de bâtir à sa place un bâtiment faisant office de maison communale et d’école. En outre, la commune s’endetta pour cet achat, et c’est pourquoi, le 28 décembre 1904, décision fut prise par le Conseil de mettre en vente « une partie des terrains récemment acquis avec le Château (…) », soit environ deux hectares et demi. Ces terrains, dits « du grand pré », furent vendus aux enchères publiques en six parcelles, le 15 septembre 1905, et rapportèrent la somme de 16'343 francs.

Lorsque la commune acquit le château, plusieurs locataires y résidaient. Nous avons déjà vu le cas de Blanche Fazy, qui put occuper un appartement même lorsque le manoir ne lui appartenait plus ; mais il y avait également d’autres résidents, surtout des journaliers ou autres bûcherons, « environ soixante-dix personnes de conditions et de métiers très divers », selon Jacques Gros, qui habitèrent successivement le château jusqu’en 1926. 

Dès 1906, le Conseil municipal décida d’installer l’école enfantine dans la tour ouest du château, « où se trouve un local pouvant contenir au moins six élèves de plus que la salle actuelle » (l’école de Dardagny se trouvait, à l’époque, tout comme la mairie, le long de l’actuelle route du Mandement, dans la « maison Friederich », au 534 de la route du Mandement). Toutefois, force est de constater que, dans les années suivantes, le Conseil municipal ne reviendra pas souvent, dans ses procès-verbaux, sur le château et ce qu’il entendait en faire.

Seule, le 31 août 1912, une décision est prise de vendre pour 2'000 francs des « matériaux de démolition » provenant de la bâtisse, tels que « balustrade, soit barrière de l’escalier intérieur », « balustrades des trois balcons situés sur la façade nord-ouest » et « les colonnes du péristyle de la même façade ». Cependant, l’acquéreur, une dame Ormond, devait s’engager à remplacer ces matériaux « dans le cas où elle les ferait enlever avant la démolition de l’édifice ». La vente devait servir à rembourser une partie de l’emprunt de 1904. Cette délibération du Conseil municipal est importante également par le fait que les autorités de la commune confirment le sort du château ; ce dernier a bel et bien été acheté afin « de se procurer un emplacement incomparable pour la construction d’une mairie et groupes scolaires, à l’exclusion de toute idée de restauration quelconque de ce vieux château délabré ».

Dans les années 1904-1914, de nombreux travaux, notamment routiers, ont grevé les budgets de la commune, et cela a très bien pu contribuer à retarder la mise en œuvre du projet tant attendu. Une délibération du 29 juin 1914 semble confirmer cette hypothèse[1] : constatant l’ « état de vétusté » de l’école primaire de Dardagny, le Conseil demande au Conseil d’Etat de bien vouloir faire examiner par l’architecte cantonal l’état de ce bâtiment, et décide de « nommer une commission (…) afin de procéder à l’étude des voies et moyens de construire un bâtiment scolaire, malgré l’exiguïté des ressources de la commune [je souligne], sur l’emplacement du Château acheté dans ce but en 1904 ».

En 1915, le Conseil municipal revient à la charge. Après avoir à nouveau constaté l’ « état de vétusté » de l’école primaire et le fait que le château « menace ruine », il demande à l’autorité cantonale « de bien vouloir autoriser la Commune à poursuivre les études nécessaires pour construire au plus tôt un bâtiment scolaire sur l’emplacement du Château et à prendre les mesures nécessaires qui pourraient lui faciliter cette construction ». Cette fois-ci, l’appel de la commune fut entendu, car le Conseil d’Etat désigna une commission municipale, « chargée d’étudier le projet de construction d’un bâtiment communal sur l’emplacement du château actuel » et composée de MM. Jacques Dugerdil, maire, Jacques Gros, adjoint, Marc Hutin, adjoint et Jules Ramu, conseiller municipal. Et le 3 septembre 1915 le Conseil municipal, sur proposition de ladite commission, décida « d’ouvrir un concours restreint entre trois ou quatre architectes (…) ».

Le concours a lieu, quatre projets sont présentés, parmi lesquels le Conseil municipal retient, dans sa séance du 7 février 1916, celui de l’architecte Frédéric Mezger, intitulé Tour-Ouest. Les trois autres projets reçoivent chacun une prime (600 fr. pour L’Escholier de MM. Bovy et Reverdin, 300 fr. pour Château de MM. Deriaz et Gallay et 200 fr. pour Deux axes, de M. Arthur). Enfin, M. Mezger est chargé « de dresser les plans définitifs pour la construction d’un bâtiment scolaire et mairie sur l’emplacement du Château actuel ».

 

[1] Mais seule une étude systématique des comptes communaux, encore à faire, pourrait nous donner la réponse.

 

(A suivre)

Jacques Davier

NB : la bibliographie figure dans la dernière partie

18:40 Publié dans Histoire | Tags : histoire, genève, dardagny | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

02/12/2018

Dardagny (Portrait de la Terre)

Dardagny est ma terre, mon village, mon repaire et mon refuge… Dardagny l’hiver est un lieu magique. Les vignes enneigées sont comme endormies, et mon âme s’allie à ce paysage silencieux, que seul un croassement trouble, rare et lointain…

Pour J.M.G. Le Clézio

Lire la suite

15:02 Publié dans Poe aime! | Tags : poème, dardagny | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |